Anne Schneider présente Leïla Sebbar le 8 mars au Brouillon

Google Agenda

Du 21 février 2024 à 17h56 au 10 mars 2024

Le Brouillon de Culture

« On tue les petites filles » le livre-enquête de Leïla Sebbar sur les violences sexuelles et sexistes à l'encontre des petites filles et publié initialement chez Stock en 1978 reparaît aujourd'hui aux éditions Le Manuscrit. Anne Schneider, qui est à l'origine de cette réédition, viendra présenter et débattre de ce livre majeur le vendredi 8 mars à 17h au Brouillon.

Rencontre animée par Sophie Devineau, professeure de Sociologie.

 

On ne peut plus dire qu’on ne savait pas !

De 1967 à 1977, Leïla Sebbar a mené une grande enquête publiée en France sur les violences sexuelles et sexistes que subissent les petites filles. Remarqué par la presse de l’époque, l’essai, fondé sur des dos­siers judiciaires, des interviews de femmes en prison, des notes de ser­vices sociaux dresse un effroyable état des lieux des violences faites aux femmes et aux petites filles.

Viols, violences physiques et psychologiques, incestes, pédophilie, né­gligences, maltraitances, le continuum des violences est décrit, à un moment où celui-ci n’avait pas encore été théorisé, et bien avant les ou­vrages post-#MeToo qui ont défrayé la chronique.

Il nous a semblé important de rééditer aujourd’hui cet ouvrage car il constitue un travail essentiel dans l’historiographie des violences sexistes et sexuelles au temps de la deuxième vague du féminisme. Il permet de prendre conscience de l’invisibilisation permanente des vio­lences familiales, domestiques, patriarcales, archaïques qui impactent encore nos sociétés.

La lecture de ce livre est bouleversante, mais nécessaire : « tant qu’il y aura sur terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles », pour reprendre la préface des Misérables de Victor Hugo.

 

Leïla Sebbar est née en Algérie à Aflou, sur les Hauts-plateaux, d’un père algérien et d’une mère française. Elle est autrice de nombreux romans, nouvelles, récits et carnets de voyage sur l’exil et l’enfance. Elle a également publié un essai Le Pédo­phile et la maman chez Stock en 1980.

 

Anne Schneider est maîtresse de conférences HDR en langue et littérature fran­çaises à l’Université de Caen. Elle est spécialiste des littératures de l’enfance et signe la préface de cet ouvrage. Elle a publié de nombreux essais dont La littéra­ture de jeunesse migrante, Récits d’immigration de l’Algérie à la France (L’Har­mattan, 2013), La littérature de jeunesse veilleuse de mémoire (PURH, 2020), Enseigner et transmettre les mémoires de la guerre d’Algérie, Enjeux, ouverture, pluridisciplinarité (PUC, 2024).


 

empty