Les éditions du Soupirail au Brouillon en juillet

Depuis sept ans, Emmanuelle Moysan dirige les éditions Le Soupirail avec un souci constant de l’azimut : d’horizon large, le catalogue qu’elle a composé propose une variété d’écrits qui semble d’ores et déjà assez remarquable. Ses livres sont de France, d’Europe centrale ou du Moyen-Orient et sont choisis avec une exigence qui se manifeste fort et net. La qualité stylistique et l’originalité du texte, en somme leur teneur en littérature, sont des indicateurs sur lesquels jamais Le Soupirail ne rogne. De Pierre Le Coz à l’étonnante Zdravka Evtimova en passant par Mahmoud Chokrollahi, romans, poésies ou nouvelle forment une bibliothèque qui démontre avec une très belle énergie que rien n’arrête la vie des livres. Une éditrice qui aime, sent et comprend la littérature s’est engagée et cela se voit. La vue qu’offre aujourd’hui Le Soupirail n’est pas celle d’un fenestron mais bien d’une large baie vitrée. Et le paysage est beau.

Eric Dussert - Le Matricule des anges

  • Le cri

    Mahmoud Chokrollahi

    L'apparition d'un cri singulier dans un immeuble banal va bouleverser la vie des habitants et révéler leurs imaginations maladives. A travers cet univers de claustration physique et mentale, l'auteur dissèque l'étrangeté des sociétés humaines, des intériorités et des pouvoirs. Il interroge la "folie ordinaire".

  • Un voyage littéraire qui se mue en autoportrait au coeur des entrailles d'une ville mythique, Athènes, pleine de peurs, désirs et paradoxes, traversée par les tourments de la guerre, la dictature, la beauté des scènes du quotidien dans cette indéfinissable nostalgie qui nous fait toucher du doigt l'« âme grecque ».
    L'auteur nous dévoile dans son intimité le visage de Ménis, enfant, dans la torpeur de cette nuit surréaliste de Noël 44, les fougueuses années 70 contre la dictature, l'introspection et le désir d'un chauffeur de taxi, la fierté de jeunes Albanais ou la dérive d'Àris, son frère, dans la canicule de 87.
    Une écriture lumineuse drapée d'humour qui nous rend acteurs de la complexité de l'Histoire.

  • Huit fictions qui plongent le lecteur dans un univers sombre et initiatique dont le voyage ou la guerre, l'errance urbaine ou l'écriture, l'exil ou la passion érotique sont les éléments cardinaux. On y croise notamment un enfant autiste, un vieux templier exilé au fond de sa Commanderie, un soldat Orlov, un homme épris d'un étrange tableau à Essaouira, et qui sait, Albertine disparue...

  • Huit nouvelles qui dépeignent avec mélancolie et poésie le lien de l'homme avec la nature. Huit plongées au coeur de « vies minuscules », humbles, qui côtoient notre monde avec solitude, ravissement et tristesse traversées par la « fabrique des souvenirs ». Il y a ceux qui créent leur cabane pour conjurer la mort, qui s'attachent au murmure de la montagne ou ceux qui courent après l'instant d'une étoile filante ; et tous de composer cet « alphabet du ciel » de Michel-Ange.

  • Suite à une rupture amoureuse, un journaliste lituanien, se sentant étranger à lui-même, quitte Paris, ville prise par l'engourdissement de l'été, et décide de prendre un train pour s'enfoncer en Provence. Là-bas, logé dans un petit village, il entreprend des marches au long cours, se fond tour à tour dans la plénitude des paysages et des êtres, habité par le sentiment que « la beauté touche à sa fin », vers un chemin « où il n'avait jamais été ».

    Une célébration mélancolique de la nature, en quête de l'émotion originelle et du sens du grand Mystère.

  • Lors d'une rave party en pleine forêt, dans le tempo de la danse comme d'un rite ancestral, Hector hissé en haut d'un arbre fait une chute et sombre dans un état de transe, dans l'enfermement d'un corps et l'autre monde... où il converse avec Saison, un lézard malicieux à la recherche de la « phrase qui sauve la vie ». C'est aussi l'histoire d'une amitié très forte entre deux jeunes gens, Hector et Ulysse, ces héros « perdus de la modernité » en quête de sens, de mythe, dans un rapport viscéral à la nature et à la force de l'imagination.
    La promesse de « faire un beau voyage », avec un petit air de beat generation...

  • Anthologie des poètes symbolistes bulgares les plus emblématiques du début du XXe siècle dont le spoèmes, marqués par la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche, révèlent des échos très vivants du symbolisme français... un élan vers l'Absolu.

  • A travers une conversation, un écrivain et une lectrice professionnelle interrogent le texte et la voix autour de plusieurs notions telles que le temps, le silence, la respiration, la perspective. Quels sont les procédés qui animent l'immersion dans un texte et sa transmission à voix haute? En fin de volume, un exemple concret annoté. Livre qui s'adresse à ceux qui souhaitent développer une véritable pratique de la lecture à voix haute.

  • À la fois fiction et méditation poétique, Les clandestins du jour est l'histoire d'un amour sans paroles ; c'est aussi celle d'un dialogue amoureux entre le ciel, la terre et les vastes étendues, celle d'un décryptage des existences marquées par l'errance urbaine et les hautes solitudes, le chemin d'habiter poétiquement le monde.
    Une rencontre. De l'autre côté de la mer. Ou sur quelque terre lointaine, près du fleuve, dans une cité du sud aux ruelles labyrinthiques écrasées de lumière. Là où le temps se retire pour laisser place aux imaginations.

  • La vie de deux jeunes enfants en Haïti dans un moment particulier de l'Histoire où tous les rêves d'une génération vont faire naufrage. L'auteur nous restitue à la fois la singularité d'une ville chaotique, Port-au-Prince, et l'agitation démentielle des personnages possédés par les démons de la survie.

  • Sous l'oeil du chat

    Anna Felder

    À l'approche d'un hiver interminable, on aimerait bien que rien ne bouge. S'attacher au mouvement des arbres, aux allées et venues des bonnes soeurs, se laisser porter par les chants des jeunes filles à l'étage, ou s'enivrer du parfum des premières fleurs... Mais dans ce quartier familial et paisible, au numéro 18 de la rue, où on parle italien, c'est l'histoire de l'expulsion imminente d'une famille qui se dessine dans un huis clos sous le regard du chat de la maison.
    L'attente qui constitue le coeur du récit fait vivre les peurs de chacun, les tensions avec le voisinage dans un quartier en proie aux changements urbains.
    Voici le regard éclairé de ce chat mutin, poétique, farouchement indépendant et attaché à son territoire sur les bouleversements qui touchent la « drôle de vie des hommes ».

  • Destination

    Franck Magloire

    Seize tableaux qui défilent et s'enchâssent comme des tranches de mémoire. Un récit romanesque des quarante dernières années, marquées par la disparition du monde ouvrier, les tumultes politiques et l'avènement de la société de consommation.
    Des ciels d'orage. Miloud le grand-père algérien et la pudeur de ses origines, le doux murmure des histoires de la grand-mère en patois, Maria et sa générosité dans les barres d'HLM, Coco, Jojo, la Fouine et les autres, piliers de comptoir aux regards désabusés, les traits creusés des métallurgistes, et la jeune génération inquiète, éprise de liberté et rêvant l'avenir.
    Pour tout bagage, l'enfance et l'imaginaire, la douceur d'une promenade avec Claude Simon, et la langue comme terreau inépuisable. Renaître.

  • C'est le hall d'un grand hôtel, un hall antropomorphisé, fascinant et fasciné, témoin d'une histoire d'amour émouvante entre deux jeunes poitrinaires irlandais sous la douceur du climat canarien.

  • La chambre

    Collectif

    Une chambre est bien plus qu'un espace circonscrit entre quatre murs, avec ou sans vue.
    Lieu propice à la solitude tout autant qu'à la rêverie, la « chambre à soi » est le lieu par excellence de l'intimité recherchée et parfois redoutée.
    Six nouvelles qui explorent l'espace de la chambre et en font exploser les limites, le temps d'un lieu. Six regards, poétiques et parfois violents, et autant de « possibilités de soi » projetées sur le monde, flirtant avec la solitude, la mélancolie, de l'enfermement de la chambre d'hôpital au voyage que suggère la ville, au recueillement.

  • Le goût des ruines

    Bernard Allays

    À trente ans passés, Simon décide de rompre avec une existence qui le déçoit. Il vend sa librairie, se sépare de ses anciennes relations, organise son départ et cherche une destination pour disparaître ou renaître. Le suicide de Rose, sa première passion, et la découverte de cadavres de chiens déposés sur son seuil viennent cependant créer un désordre qui pourrait le retenir...

    Un premier roman qui offre une traversée insolite à travers le regard de Simon, observateur d'un monde qui se délite. Une déambulation, qui commence dans le Nord pour s'enfoncer dans les Cévennes, dans une tentative d'effacement.

  • La ruche

    Mahmoud Chokrollahi

    Le jeune Hans, éfaré dans un château dont on s'extrait difficilement, se voit confier la succession du Professeur, son vieux maître. Histoire d'une illusion puissante et dangereuse comme peut l'être la réalité, dans un univers machiavélique.

  • Un vieux lettré mélancolique, une femme de ménage, un marginal se heurtent, se croisent dans une campagne dévastée. La présence des livres, obsédante, invite à s'interroger sur leur pouvoir, ou sur ce qu'il en reste. Un hymne à la lecture et la littérature dans nos vies.

  • Douze nouvelles, d'Iran et d'ailleurs, qui explorent l'épaisseur du temps dans nos vies et poussent à un voyage de l'imagination poétique à travers différents personnages.

  • Au-delà de l'alternance du jour et de la nuit, derrière la lune qui se lave à la surface de l'eau, il y a les rêves d'enfance, le chuchotement des herbes folles, le rire des étoiles et des corps qui se désirent. Un point lumineux et éphémère buvant notre regard, où sonder la beauté, immobile, comme une offrende du ciel, de la terre et de l'eau. Un équilibre presque parfait de non-retour qui s'éteint dans la mémoire du jour. Ces poèmes habitent la nudité de l'instant.

  • Drôles, poétiques et insolites, ces contes et nouvelles dévoilent un univers où l'on croise une vendeuse de sang de taupe, une bibliothécaire à la bouche énorme, Sean métamorphosé en granite attendant sa belle, le chien fidèle d'Anna aux pas de pluie, quelque part du côté de Pernik... Un monde souterrain, de l'autre côté du miroir, comme le revers du nôtre.

empty