Christian Grataloup

  • Un outil indispensable pour comprendre notre histoire.
    Accessible à tous, cet atlas est le plus complet jamais publié sur l'histoire de la France.
    375 cartes racontent toutes les étapes de l'histoire de notre pays, de ses origines les plus lointaines à nos jours.
    En s'appuyant sur le fonds cartographique de L'Histoire et grâce au concours de grands historiens, les auteurs ont pu réaliser un atlas à la fois exhaustif et à la pointe des dernières avancées de la recherche.

  • Combien y a-t-il de continents ? Cinq, comme le pensent les Français, ou six, comme le croient les Anglais ? Et qu'en est-il des océans ? Puisqu'il n'y a qu'une seule énorme masse d'eau salée en continuité, à quelques mers intérieures près, pourquoi avoir choisi d'en faire trois parts ?
    La représentation de notre planète n'a cessé d'évoluer dans le temps, et cet ouvrage richement illustré de cartes des siècles passés et d'oeuvres artistiques démontre combien le découpage des parties du monde est entièrement un fait de culture et que les continents ont une histoire...
    Dans cette édition complétée et parée de ses plus beaux atours, les océans rejoignent les continents, complétant ainsi le puzzle de notre univers.
    Acceptez l'invitation et partez pour un formidable voyage à travers notre vision de la Terre, fragmentaire, contradictoire, contestable et sans cesse remise en question !

  • Ces petites chroniques racontent chacune, à partir d'un objet, d'un événement, d'un personnage, l'histoire du monde. L'auteur, spécialiste de la "géo-histoire", nous fait découvrir son "cabinet de curiosités" qui nous entraîne dans tous les coins du monde et à toutes les époques. Des origines de l'or au chas d'une aiguille, de l'importation de la syphilis en Europe par Christophe Colomb, des pérégrinations barbaresques aux différences entre brousse, jungle et maquis, c'est tout un pan de l'histoire universelle d'une richesse insoupçonnée que nous découvrons ainsi.

  • « Thé ? Café ? Chocolat ? » Cette litanie du matin, formulée dans tous les hôtels du monde, évoque à chacun un rituel quotidien immuable : celui du petit déjeuner. Qui peut en effet imaginer se réveiller sans l'odeur stimulante d'un café, la chaleur enrobante d'un thé ou la douceur réconfortante d'un chocolat chaud ?
    Et pourtant, ces boissons, pour nous si familières, n'ont rien d'européennes. Ni le caféier, ni le théier, ni le cacaoyer ne poussent dans les contrées tempérées. Alors comment ces produits ont-ils fait irruption dans nos tasses, et ce dès le XVIIIe siècle, au point de devenir nos indispensables complices des premières heures du jour ?
    En retraçant l'étonnante histoire du petit déjeuner, de la découverte des denrées exotiques à leur exploitation, de leur transformation à leur diffusion en Europe et dans le monde, c'est toute la grande histoire de la mondialisation et de la division Nord/Sud que Christian Grataloup vient ici nous conter.
    Ainsi chaque matin, depuis trois siècles, en buvant notre thé, notre café ou notre chocolat, c'est un peu comme si nous buvions le Monde...

  • La prise de contrôle de l'Amérique par une poignée d'Européens marque le début de la construction d'un Monde qui s'achève au XXe siècle. Il aurait certainement pu en être autrement. Gengis Khan ou Zheng He initièrent des mondialisations bien différentes. Ces logiques géographiques très anciennes n'ont jamais totalement disparu sous l'aventure européenne et ressurgissent aujourd'hui vigoureusement. Et si le Monde nous paraît si évolutif, c'est bien parce que le récit unique de l'Occident n'était pas sans amnésie.
    Alors que s'affirme la Chine, qu'un islam se rêve comme une autre mondialisation, que le rôle de l'Europe devient plus modeste, il est nécessaire de situer le Monde contemporain dans le temps long de sa genèse. L'empreinte européenne, qui durera longtemps encore, peut étonner aujourd'hui : pourquoi l'Europe fut-elle à l'origine de notre mondialisation ? De quelles dynamiques multimillénaires fut-elle le prolongement ? Pourquoi n'est-ce seulement qu'au début du XXIe siècle que la Chine, l'Inde et bientôt d'autres sociétés s'affirment à l'échelle du Monde ?
    La troisième édition de cet ouvrage montre, plus encore que les précédentes, que l'histoire globale est devenue incontournable et qu'elle doit tenir compte, dans la longue durée, de la diversité mondiale, de sa géographie et de l'unité de l'humanité. Les questions « Quand » et « Où », particulièrement quand l'histoire est prise à l'échelle du Monde, deviennent un couple indivisible, celui de la géohistoire.

  • La « géohistoire », expression née sous la plume de Fernand Braudel, s'intéresse aux interactions entre les dimensions géographique et historique pour proposer une analyse des sociétés sur le temps long et à différentes échelles. À l'ère de la mondialisation, le croisement des perspectives spatiales et temporelles prend toute son importance et devient presque une nécessité. Ce manuel pédagogique propose une mise au point simple et critique sur les outils d'interface entre histoire et géographie. Assortie de cartes originales et de nombreuses définitions, cette introduction, première du genre, révèle toute la fécondité de l'approche géohistorique.

  • Jusqu'à l'implosion de l'URSS, la grille de lecture du monde était assez simple, voire simpliste : il suffisait de tracer deux lignes sur le planisphère, l'une séparant le Nord du Sud, les riches des pauvres, l'autre isolant l'Est de l'Ouest, les sociétés socialistes des capitalistes. Ces oppositions, critiquées et dépassées, ont évidemment été brouillées par la complexité des configurations locales. Mais elles ont pourtant une histoire, à la fois réelle et imaginaire, qui mérite d'être interrogée.
    Cet essai revient sur ces grandes "fractures" du monde, en en proposant une grille de lecture originale à l'aune des enjeux contemporains (migrations, perspective d'une hégémonie chinoise, islamisme) et en mettant en évidence l'émergence d'une nouvelle fracture, globale, entre le politique et l'économique.

  • « Thé ? café ? chocolat ? » Cette litanie du matin, prononcée dans tous les hôtels du monde, évoque à chacun un rituel quotidien immuable : celui du petit-déjeuner. Qui peut en effet imaginer se réveiller sans l'odeur stimulante d'un café, la chaleur enrobante d'un thé ou la douceur réconfortante d'un chocolat chaud ?
    Et pourtant, ces boissons, pour nous si familières, n'ont rien d'européennes. Ni le caféier, ni le théier, ni le cacaoier ne poussent dans nos contrées. Alors comment ont-elles fait irruption dans nos tasses, et ce dès le xviiiie siècle, au point de devenir nos indispensables complices des premières heures du jour ?
    En retraçant l'étonnante histoire du petit-déjeuner, de la découverte des denrées exotiques à leur exploitation, de leur transformation à leur diffusion en Europe et dans le monde, c'est toute la grande histoire de la mondialisation et de la division Nord/Sud du monde qui se dessine ici.
    Ainsi chaque matin, depuis trois siècles, en buvant notre thé, notre café ou notre chocolat, c'est un peu comme si nous buvions le Monde...

  • Pourquoi, lorsque nous cherchons à nous orienter, les boussoles indiquent-elles la direction du Nord ? Qui a découvert l'Océanie ? Combien y a-t-il de continents ? Cinq, comme le pensent les Français, ou six, comme le croient les Anglais ?La Turquie fait-elle partie de l'Europe ? S'il y a bien une chose qui semble aller de soi, c'est notre traditionnelle représentation du monde. Le schéma semble simple : les continents seraient de très grandes îles, donc un fait de nature. Et pourtant, ce découpage a une histoire, il s'est imposé peu à peu, et a toujours été affaire de points de vue (ceux des explorateurs, ceux des géographes, ceux des commerçants ou des colonisateurs), nécessairement réducteurs dans leur classification : Je ne peux comprendre, écrivait Hérodote, pourquoi la terre qui est une a reçu trois noms, qui sont des noms de femmes... Des fascinantes mappemondes médiévales aux plafonds baroques, des allégories de la Renaissance aux sculptures impérialistes des chambres de commerce, c'est à un formidable voyage à travers notre vision de la planète, fragmentaire, contradictoire, contestable et sans cesse retouchée, que Christian Grataloup nous convie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Face à la globalisation contemporaine, non seulement notre vision du monde centrée sur l'Europe doit changer, mais il est impératif de repenser aussi notre manière d'écrire l'histoire. Nous avons besoin aujourd'hui d'une histoire mondiale (d'une World History) et cette histoire doit être simultanément une géographie. Découpages temporels et historiques doivent aller de pair. Cette vision, appuyée sur des cas concrets, permettra de mieux comprendre pourquoi l'Europe, un petit cap excentré de l'Eurasie, s'est imposé pendant de nombreux siècles au détriment d'autres continents.

  • Toutes les sociétés ont leur vision du monde, souvent exprimée (carto)graphiquement. La mondialisation contemporaine les interroge. Si le monde n'est plus le même que naguère, nous continuons à nous le figurer avec son ancien visage. Il faudrait pourtant ajuster nos imaginaires, renouveler nos approches cartographiques. Ce dossier offre une grille de lecture stimulante de nos représentations du monde ; c'est un ouvrage indispensable pour aborder le programme de terminale mis en place à la rentrée 2012.

  • Introduction : Le temps du Monde Les mémoires du Monde Les mondes avant le Monde Ancien Monde et nouveaux mondes Le système Ancien Monde.
    Pourquoi l'Europe ?

    La construction du Monde.
    La capture de l'Amérique change la donne.
    L'Europe tempérée produit le sous-développement sous les tropiques.
    Niveau mondial et révolution industrielle.

    Les limites du Monde.
    Le "court XXe siècle" : la mondialisation est réversible.
    Un système spatial restreint par sa logique même.
    Le mondial contre l'universel.

    Conclusion : Une seule Terre, une seule humanité : un seul Monde.

  • L'histoire de l'Humanité racontée en 515 cartes.
    Depuis sa création, la revue L'Histoire publie des articles d'historiens faisant état des dernières avancées de leurs recherches. Ces textes sont souvent enrichis d'une ou plusieurs cartes. En partant de ce fonds cartographique exceptionnel, Christian Grataloup a sélectionné, recréé et commenté 515 cartes racontant la marche du monde, des origines de l'Humanité à aujourd'hui.
    Cet atlas est à la fois à la pointe de la recherche historique et accessible au plus grand nombre. Une création originale destinée à devenir un ouvrage de référence.

  • 50 cartes inédites pour comprendre " la désoccidentalisation du monde ". L'Atlas global propose un nouveau regard sur le monde d'aujourd'hui. Historiens et géographes de renom ont imaginé des sujets encore jamais cartographiés comme le bonheur dans le monde, la beauté, les prisons, Internet, les virus, les pays poubelles, les risques climatiques, le cinéma, le surpoids... Les cartes sont conçues par Alexandre Nicolas (cartographe du best- seller Le Dessous des cartes) et les deux cartographes du journal Le Monde, Delphine Papin et Flavie Holzinger. Cet atlas est réalisé sous la direction de Patrick Boucheron, professeur à la Sorbonne et directeur éditorial au Seuil, Gilles Fumey, professeur à la Sorbonne et chercheur au CNR S et Christian Grataloup, professeur à Sciences-Po Paris.

empty