Gerard Fuchs

  • Mondialiser la gauche

    Gérard Fuchs

    Les responsables de la gauche ont, depuis plus de trente ans, refusé d intégrer dans leurs analyses et leur stratégie la prégnance croissante de la mondialisation libérale. Le coeur du livre est de montrer qu il existe un autre choix que d accepter ou de refuser la mondialisation actuelle : celui d en infléchir le cours en obtenant l introduction de règles mondiales choisies sur la base de deux critères : leur capacité à assurer la survie de la planète et davantage de justice dans la répartition des richesses.

  • Algerie, une memoire enfouie

    Gérard Fuchs

    • Denoel
    • 20 Février 2003

    En avril 1961, à vingt ans, Gérard Fuchs est envoyé en Algérie pour effectuer son service militaire comme officier.
    Pendant près d'un an, il va servir au coeur du massif des Aurès, découvrant la guerre, la réalité de la situation algérienne, et perdant rapidement ses illusions de jeunesse. Quarante ans plus tard, il a rédigé d'une traite cette mémoire enfouie pour enfin mettre des mots sur des événements que la France a trop longtemps voulu occulter. Dans ces courts récits apparaissent les dilemmes du soldat, la griserie du combattant isolé dans des paysages grandioses, mais surtout le sentiment de la relative vanité de sa tâche.
    Avec retenue et rigueur, c'est à un véritable retour sur son expérience personnelle mais aussi à un travail sur, notre mémoire collective que nous convie Gérard Fuchs. Un témoignage bouleversant sur le quotidien de la guerre d'Algérie telle que l'ont vécue tant de combattants anonymes et meurtris.

  • Le capitalisme, même triomphant, n'est pas nécessairement le stade ultime de l'Histoire.
    D'abord parce que la notion même de stade ultime est absurde. Ensuite parce que le système capitaliste, qui a su créer les outils technologiques de la mondialisation, n'a pas été capable de mettre ceux-ci au service de tous. Le mirage de la rupture ayant disparu, comment dépasser quand même ce qui existe, malgré l'idéologie prévalente ? Gérard Fuchs propose d'abord quatre objectifs prioritaires : développer des services publics pour satisfaire les besoins fondamentaux ; construire une démocratie économique et sociale ; reformuler le calcul économique ; mettre la recherche au service de priorités mondiales.
    La condition première de la réalisation de ces objectifs est de redonner la primauté aux fins sur les moyens et donc au politique sur l'économique. L'auteur analyse les forces qui peuvent oeuvrer en ce sens. Il prône une coalition entre les gauches traditionnelles, qui s'efforcent malgré la mondialisation de continuer de légiférer aux niveaux nationaux, et le tissu en expansion des associations altermondialistes, souvent encore trop indifférentes aux institutions.
    Les conditions d'une démocratie internationale et les formes nouvelles à lui donner sont ensuite discutées. Enfin sont proposées des institutions européennes et mondiales à mettre en place pour acier les acquis progressifs de la nouvelle coalition progressiste. En ces temps de trop de désespérances, ce livre apporte la vision optimiste d'une humanité demeurant capable d'un progrès digne de ce nom.

  • Si la gauche venait demain au pouvoir, que ferait-elle pour empêcher la fuite des capitaux ? De quelle manière concilierait-elle la réalisation de son projet avec les impératifs du marché et les règles de la communauté européenne ? Comment s'y prendrait-elle pour réformer l'administration ? Quelle serait exactement sa politique militaire ? Les programmes des Partis politiques répondent, en principe, à ces questions. Mais ils ne fixent que des objectifs. Ils ne prennent pas en compte les différents scénarios susceptibles de se dérouler. Or c'est en fonction de ces scénarios que l'on peut mesurer les chances de réussite et les risques d'échec de l'éventuelle expérience de la gauche. D'où l'intérêt de ces "dossiers pour 1978" établis par l'équipe de la revue "Faire". Comprenant un certain nombre de dirigeants du parti socialiste mais aussi des syndicalistes, des économistes et des sociologues, cette revue se trouve placée au carrefour de l'analyse sociale et de la responsabilité politique. Qui ami ou ennemi, sympathisant ou adversaire, veut connaître les problèmes réels qu'affronte la gauche doit lire ces dossiers.

empty