Lauric Henneton

  • "Make America Great Again" : en 2016, Donald Trump se présente comme un sauveur, seul capable de rendre aux Etats-Unis leur gloire passée, mise à mal selon lui par plusieurs mandats démocrates et un Parti républicain affaibli. Un pari réussi qui le conduit à la Maison Blanche. "L'American Dream", promesse d'ascension sociale et de prospérité économique, mythe fondateur au coeur de sa campagne et de son programme présidentiel, est la grille de lecture qui permet à une équipe de spécialistes d'englober tous les aspects de la présidence Trump, de l'économie à l'environnement sans oublier les politiques sociales et les relations internationales, en analysant le rôle du président dans son interaction avec les autres pouvoirs législatif et judiciaire, mais aussi en mettant en lumière le rôle souvent décisif des autorités locales, fédéralisme oblige.
    Il en ressort un bilan plus complexe et nuancé qu'on n'aurait pu l'imaginer. De son projet de mur à la frontière avec le Mexique au retrait de l'Accord de Paris sur le climat en passant par la guerre commerciale contre la Chine, les scandales liés aux opioïdes, ou l'émergence de mouvements sociaux comme Black Lives Matter, après quatre ans au pouvoir, et prise dans la tempête mondiale d'une pandémie qu'elle n'a pas su plus que d'autres prévoir ou juguler, l'Amérique fait-elle toujours rêver ?

  • C'est l'histoire d'une frontière toujours repoussée...

    Cet atlas inédit offre plus de 100 cartes et documents pour raconter les États-Unis du XVIe siècle à nos jours :

    - Du XVIe au XVIIIe siècle, la naissance d'un pays : les vagues successives d'immigration et l'expansion territoriale qu'elles engendrent.
    - Au XIXe, les mutations d'une ampleur et d'une rapidité inédites : la jeune Amérique devient une puissance grâce à l'urbanisation, l'industrialisation et une nouvelle immigration.
    - Le XXe siècle est marqué par d'importantes crises auxquelles succèdent une immense prospérité et un rôle géopolitique toujours plus incontournable.
    - Enfin, un XXIe siècle qui débute en révélant des failles dans les institutions et des inégalités grandissantes.

    Les Américains réussiront-ils à réinventer, une fois de plus, le « rêve américain » ?

  • Le rêve américain est-il mort ? L'Amérique est-elle en déclin ? C'est sur ce thème que s'est fait élire Donald Trump en 2016, prétendant raviver la flamme, le "rêve", et restaurer la grandeur de l'Amérique. Pour Lauric Henneton, un tel discours renoue avec l'imaginaire et l'histoire des Etats-Unis. Car l'angoisse du déclin autant que l'espoir d'une vie meilleure, le pessimisme autant que l'optimisme sont au coeur même du rêve américain et ce dès la création des colonies britanniques en Amérique du Nord.
    Explorant cette histoire émotionnelle dans laquelle le puritanisme occupe une large place, l'auteur examine les différentes composantes du présupposé déclin - hispanisation, fin de l'Amérique blanche... - qu'il confronte à la réalité. Ses analyses éclairent d'un jour nouveau le mandat de Barack Obama, perçu dans certains milieux comme le fossoyeur du rêve américain. Un rêve qui, en dépit de tout, garde un immense pouvoir d'attractivité sur des millions de gens de par le monde.

  • « Notre gouvernement n'a de sens que s'il repose sur une foi profonde - peu importe laquelle. » DWIGHT D. EISENHOWER Aux États-Unis, la religion est omniprésente : dans la vie politique, dans les médias, dans tous les aspects de la sphère publique comme dans la vie privée, elle semble avoir sa place. Vu de France, ce trait étonne : comment, alors que le reste de l'Occident est largement sécularisé, l'Amérique a-t-elle pu demeurer un tel îlot de religiosité ?
    Ce livre examine les fondements de ce rapport bien particulier à la religion. Pour la première fois, on y trouvera un tableau complet des mouvements religieux aux États-Unis, depuis la fondation des premières colonies anglaises jusqu'à nos jours. On y découvrira que l'histoire religieuse des États-Unis commence en Avignon ; que les Pères puritains léguèrent à leurs descendants un héritage bien difficile à assumer ; on connaîtra les dessous du fameux épisode des sorcières de Salem ; on verra comment, au XVIIIe siècle, la naissance de l'évangélisme a instauré la primauté de l'émotion sur la doctrine, et a donné lieu à des manifestations d'enthousiasme qui trouvent leur écho dans les megachurches contemporaines.
    Un outil essentiel, en somme, pour comprendre notre voisin d'outre-Atlantique, à la fois si proche, si exotique et si fascinant.

    Cahier photo intégré.

    Couverture : L'orateur Fred Shuttlesworth aux funérailles de filles tuées par le KKK, 1963, Alabama, USA (détail) © Danny Lyon / Magnum Photos © Flammarion, 2012

  • Atlas historique des etats-unis (ne) Nouv.

  • Cette étude traite du projet de société puritain dans le Massachusetts du XVIIe siècle et de la peur de sa remise en cause dans la construction des institutions et d'une identité régionale, le tout dans une perspective transatlantique. Il s'agissait d'un projet fortement exclusiviste dans lequel la cohésion de la société dépendait de l'homogénéité de la population. Ce projet de société trouve son origine dans la cosmologie antique et médiévale, passée au travers du prisme des mentalités de l'Angleterre élisabéthaine et plus largement de l'Europe moderne. Outre ces racines, sont étudiées la mise en oeuvre de ce projet, les agents de sa mise en oeuvre et de sa défense, les contestations civiles, religieuses et identitaires, où émerge la complexité du rapport de colonialité entre les colonies de Nouvelle-Angleterre et la métropole, permettant alors une exploration des spécificités de la " novanglicité " et de l'héritage puritain en Amérique.

  • Le phénomène commémoratif occupe une place de plus en plus importante dans l'espace politique, médiatique et intellectuel.
    Cette inflation, sinon cette omniprésence, entraînent-elle une perte de sens ? En d'autres termes, trop de commémoration tue-t-il la commémoration ? La commémoration n'est pas l'histoire. La mise en scène de la mémoire entraîne une part d'inclusion et d'exclusion, donc d'oubli. La commémoration sert la " vérité officielle ou à l'inverse des causes dissidentes, minoritaires, et contestataires. La commémoration a occupé une place stratégique dans la construction des Etats-nations, à la suite de l'implosion de la chrétienté médiévale.
    On constate depuis quelque temps une fragmentation : les dimensions communautaire, voire communautariste, d'une part, et supranationale, d'autre part, vont-elles l'emporter au détriment de la dimension nationale traditionnelle ? Cet ouvrage, associant spécialistes des langues et cultures étrangères, historiens, politologues et littéraires, a pour ambition de croiser les regards et de créer des échos du bicentenaire de 1789 à Hiroshima, de Québec à Austerlitz, et de Luther à l'indépendance américaine, les auteurs s'interrogent sur l'évolution du phénomène, depuis l'Âge des Réformes jusqu'à nos jours.

empty