Pierre Pech

  • Des plantes rupicoles, on connaît celles qui se développent spontanément sur les murs des villes ; certaines sont en vogue chez les architectes pour décorer des façades de bâtiments, d'autres sont employées en phytorestauration pour les sols pollués.

    Les configurations des milieux rupicoles sont variées : parois rocheuses, falaises littorales, éboulis, sols nus et rocailleux des surfaces proglaciaires, des regs et des corridors fluviaux, mais aussi carrières et haldes, ces lieux résultant de l'activité d'extraction. Ce sont donc des milieux naturels ou artificiels habités par des flores et des faunes particulières, adaptées à des conditions rigoureuses où les ressources sont rares. Lieux de déshérence, mais pourvoyeurs de ressources minérales, ou symboles attractifs d'une naturalité extrême vécue dans des sports comme l'escalade, la randonnée et le parapente, ils subissent une forte pression anthropique.

    Ils ont été utilisés comme refuges par des populations humaines dès la Préhistoire et continuent de servir d'abri à un grand nombre d'espèces végétales et animales - certaines rares, comme des vautours et des aigles -, accueillant des espèces reliques et hébergeant des espèces endémiques. Dans le cadre des grands changements environnementaux en cours, ils représentent des enjeux de biodiversité importants pour les décennies à venir et méritent d'être mieux connus.

    Cet ouvrage synthétique propose une approche pluridisciplinaire : il présente les milieux rupicoles dans leurs richesses, explique leur fonctionnement en tant qu'écosystèmes en relation avec leurs supports, expose leur intérêt patrimonial comme conservatoire d'espèces et laboratoire d'innovation, discute leurs modes de restauration, prône leur gestion intégrée et durable.

    Il s'adresse à un public varié, étudiants en ingénierie, écologie, géographie, droit ou économie et gestion de l'environnement, praticiens et collectivités chargés d'exploiter ou d'aménager ces milieux, scientifiques, mais aussi tous naturalistes curieux de ces lieux rupestres.

  • Cette étude a pour vocation de rendre accessible l'un des aspects de la géographie physique : la géomorphologie structurale. Celle-ci permet de comprendre et sans doute de mieux gérer des aspects très importants de l'environnement des sociétés humaines, puisqu'elle participe à la compréhension de certains risques naturels et à la lisibilité des paysages.L'ouvrage comprend :· l'étude des relations entre les formes de reliefs et les roches ;· l'analyse des reliefs structuraux en rapport avec les principales déformations ;· la présentation des grands ensembles morpho-structuraux.Pierre Pech, agrégé de géographie, enseigne la géomorphologie à l'université Paris-I. Il a publié Géomorphologie dynamique et a contribué au Lexique de géographie physique, dans la même collection.
    La terre, sa composition : Les formes et les volumes terrestres. Les enveloppes de la terre. Les roches : Du minéral à la roche. Les roches magmatiques. Les roches sédimentaires. Les roches métamorphiques. Les reliefs et les déformations tectoniques : Les déformations cassantes. Les déformations souples. Le réseau hydrographique et la structure. Les ensembles morphostructuraux : Les ensembles morphostructuraux. Les régions stables. Les régions en divergence. Les régions en convergence.

  • Connaître les contraintes, voire les risques induits par l'érosion, ou bien la valeur des ressources qu'elle met en place, nécessite de comprendre le fonctionnement physique et chimique des mécanismes et des processus d'érosion.Cet ouvrage :· propose de les présenter, dans leur grande variété, en relation avec les différents milieux climatiques ;· permet de prendre la mesure des phénomènes qui concernent les sociétés humaines, leur devenir, et celui de la terre.Pierre Pech, agrégé de géographie, enseigne la géographie physique et plus particulièrement la géomorphologie à l'université Paris I. Il a publié Géomorphologie physique en collaboration avec H. Regnauld, PUF, Paris, 1996), et L'Homme et l'environnement (en collaboration avec Y. Veyret, PUF, Paris, 1997).
    La météorisation : La destruction des roches. L'érosion différentielle. L'attaque mécanique. L'attaque chimique. Les processus de transport : Les types de transport. Le rôle de la gravité. L'eau en surface. L'eau dans les roches meubles. L'eau fluviale. Les grandes familles de systèmes morphogéniques : Le système glaciaire. Le périglaciaire. L'érosion en domaine tempéré humide. Le milieu aride. L'érosion en domaine tropical humide. Le karst. Les modelés du granite. Les modelés en montagne. Les bilans de l'érosion et les héritages : Les temps de l'érosion. Les conceptions de la morphogenèse. Les héritages. Les bilans.

  • This SpringerBrief brings together a series of studies that delve into the details of French and Israeli green building practices and tell a tale of two countries which deviates considerably from what first impressions might suggest. In-depth data analysis, interviews with stakeholders, and on-the-ground documentation are used to paint a portrait of green neighborhoods in both large and small cities, and to shed light on the diversity of outcomes and the intricate web of interests leading to each one.In the Israeli cases, these dynamics reflect the fact that the private sector has become increasingly dominant in the residential building field, following a decades-long process in which the welfare state has shrunk, and the government has distanced itself from large social programs.The French solution to this dilemma is to mandate the inclusion of subsidized housing within its ecoquartiers, with the declared aim of promoting a diverse 'social mix' of population.Green building has yet to prove itself as a solution for the masses. The sale price of an apartment in a certified green building is significantly higher than what would be justified by either the additional construction costs required to build it, or the energy and water saving potential that can be realized by using it. The tale of two countries presented here suggests that neither the mechanisms of the market nor the proclamations of a welfare state can easily overcome this dilemma. What is needed is a new type of thinking, which can only emerge once the concept of "value" reflects not only the realities of a free-market economy, but also those of a planet which turns out to be distinctly limited in its resources.

  • La démarche géographique développée dans cet ouvrage envisage les rapports que les sociétés humaines entretiennent avec l'environnement. Elle situe l'homme au coeur de cette relation, au centre de cette problématique qu'il faut analyser en terme de conflits entre des utilisateurs multiples, en terme d'enjeu et de choix. La réflexion sur l'environnement proposée ici est fort éloignée de la seule analyse de protection de la nature et de la vision parfois passéiste développée par certains « écologistes politiques », elle bannit le catastrophisme systématique trop souvent véhiculé par les médias.

  • Ce livre est un hommage, rendu à deux géographes physiciens prématurément disparus, par vingt-six collègues, amis et élèves. Poursuivre leurs combats, leurs recherches, leurs rêves... pour ne pas oublier. Ils partageaient le souci d'un enseignement de la géographie physique rénovée, initiant les jeunes à une démarche rigoureuse, clairement différenciée des sciences connexes par le souci permanent de spatialisation. Aussi la première partie de cet ouvrage est consacrée à la place de la géographie dans les cursus et la place de la géographie physique dans la géographie. Ils avaient parcouru, travaillé, aimé le monde méditerranéen. Milieux instables, divers, éminemment géographiques puisque les faits naturels et culturels y sont indissociables dans les paysages. Il est donc logique de suivre ce sillon maritime et de présenter des recherches récentes sur ces régions.

  • Un homme complexe, ce Tigre ! C'est à bon droit que l'Histoire retient de Georges Clemenceau la stature de l'homme politique, du premier « flic de France » et du père de la victoire de 1918.
    En parcourant l'intégrale de ses 783 articles parus de 1894 à 1906 dans La Dépêche, on vit un temps de maturation où le tombeur des ministères se métamorphose en homme de pouvoir, soucieux de l'ordre, certes, mais toujours imbu d'une laïcité libératrice, d'une compassion pour les humbles, d'une révolte contre les oppressions coloniales. On retrouve, sous cette plume acérée, un grand nombre de débats étonnamment présents dans notre actualité après plus d'un siècle. Pour éclairer cette fresque, deux professeurs émérites de l'université de Toulouse, trois jeunes chercheurs et deux éminents politiques ont uni leurs talents...

empty