Tempus/perrin

  • S'appuyant sur une analyse historique des moeurs et des faits de société, Norbert Elias s'est efforcé d'expliquer, à travers son oeuvre, la rationalisation progressive des comportements par le développement de l'Etat à partir du XVIe siècle. Ce faisant, il a cherché à dépasser la traditionnelle opposition entre individu et société.
    A la différence des historiens travaillant sur les époques médiévale et moderne, les spécialistes du xxe siècle, n'ont pas, ou peu, utilisé sa réflexion. Pourtant, les violences de la Grande Guerre, le relâchement des moeurs et des corps à l'entre-deux-guerres, les colonisations européennes, le sport de masse, l'impérialisme américain, etc. constituent autant de sujets pour lesquels son approche peut se révéler pertinente.
    Contribuant au dialogue interdisciplinaire cher à Elias, cet ouvrage présente d'abord l'oeuvre du sociologue, pour confronter ensuite sa réflexion sur le « processus de civilisation » à des phénomènes majeurs du XXe siècle.
    La redécouverte passionnante d'une référence de la pensée contemporaine.

empty