Bayard

  • Les Larmes de l'assassin - Au bout du monde ne résiste qu'une bâtisse aux murs gris. Là vivent Paolo Poloverdo et ses parents, coupés du monde, malmenés par les vents. Au bout du monde s'aventurent parfois un géologue avec sa boîte à cailloux, un astronome en quête de nuit noire, un poète ou bien un marchand d'aventures. Ce jour-là, c'est Angel Allegria qui est apparu au bout du chemin, un truand, un escroc, un assassin en quête de fuite. L'assassin, bien sûr, tue les parents mais épargne l'enfant par intérêt. Et la vie continue. Puis au bout du monde surgit Luis Secunda, riche nomade par obligation, amoureux fou des poètes. Luis et Angel : tout sépare ces deux hommes qui jamais ne se sont enracinés en une terre. Et au milieu de ces deux-là, Paolo. Ensemble, ils vont quitter le bout du monde et se mettre en marche vers Valparaiso. En cours de route, au cours de ce parcours initiatique, chacun apprendra à se découvrir et à lire l'autre. De l'arme aux larmes, Angel renouera avec l'Homme.

  • 1942, la guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse.
    Afin de remonter le moral de la population, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, décide de créer un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un équivalent du jazz, considéré comme une "musique dégénérée" ou "musique de nègres". On fait appel à Wilhem Dussander, un pianiste d'une soixantaine d'années, qui s'est retiré du monde depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. Celui-ci est obligé d'accepter. Il part sur les routes d'Allemagne, accompagné de Dietrich Müller, un fonctionnaire zélé. Dès leur première rencontre, le courant passe mal entre les deux hommes. Cela ne s'améliore pas lorsque Dussander rejette en bloc tous les garçons qui se présentent aux auditions. Pour jouer du jazz, la technique ne suffit pas ; il faut avoir le sens du rythme et de l'improvisation, ce que les Jeunesses Hitlériennes n'ont pas enseigné à leurs élèves... Dussander parvient tout de même à trouver trois perles rares : le fragile Ruppert au piano ; au saxophone, Max, qui n'a pas sa langue dans sa poche ; aux percussions, Thomas, qui vivait dans la rue. Le quatrième membre de la formation est imposé par Müller : Hermann est un pur produit des Jeunesses Hitlériennes ; il joue de la contrebasse avec rigueur, sans fantaisie. Le groupe formé, les "Quatre en Or" - ou "Goldene Vieren" - ainsi que les garçons se baptiseront eux-mêmes par la suite, peuvent commencer leur apprentissage dans le manoir de Dussander. L'entente entre eux n'est pas immédiate, surtout vis-à-vis du "petit nazi", mais leurs liens se resserrent lors des cours de sport dispensés par le brutal lieutenant Kluge.
    L'après-midi, Dussander leur enseigne la musique, la théorie et toute l'histoire du jazz, puis la pratique. Les garçons progressent vite, même Hermann, qui, peu à peu, se laisse envahir par le swing. Dussander s'occupe d'eux avec bienveillance, épaulé par sa domestique, Elsa.
    Bientôt, le groupe est prêt. Un premier titre est enregistré, qui obtient un immense succès.
    Les dirigeants du Reich sont ravis, et les "Goldene Vieren" partent en tournée dans le sud de l'Allemagne. Or, la guerre est partout, et la réalité des horreurs perpétrées par les nazis poursuivent les "Goldene Vieren" à chaque étape de leur voyage. Les bombardements. Le lynchage d'un Juif dans la rue. Les rumeurs sur l'existence de camps de la mort... Dussander se questionne vis-à-vis de son manque d'engagement. Doit-il résister autrement qu'avec sa musique ? Le vieil homme se convainc que non, et il s'expose lorsque, volontairement, il fait chanter aux garçons les paroles que Ruppert a écrites pour leur tube, "Printemps à Berlin", plutôt que celles imposées par Müller.
    Mais est-ce suffisant ? Pour Ruppert, la réponse est non. Et bientôt, à l'insu des autres membres du groupe, il s'engage dans l'action de la Rose Blanche, un mouvement de résistance au Reich, orchestré par des étudiants...

  • Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul.
    Je n'arrêtais pas de répéter " jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité ". je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de charles baudelaire. surtout, j'avais perdu gloria. gloria bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu.
    Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au coeur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie. une histoire d'exil bouleversante sur la vérité, le mensonge et la quête du bonheur.

  • Utilisez la magie, à vos risques et périls !
    Elizabeth Drew, 15 ans, s'ennuie au lycée, peine à s'y intégrer, et ne s'entend pas trop avec la nouvelle femme de son père. Sur les conseils de son prof préféré, elle se présente à un entretien d'embauche pour un emploi de bibliothécaire. Or, il ne s'agit pas d'une bibliothèque ordinaire : aucun livre à l'horizon, seulement des objets, certains inspirés des romans de G. H. Wells, d'autres issus des contes des frères Grimm - comme les bottes de sept lieues ou le miroir magique de la belle-mère de Blanche-Neige.
    D'ailleurs, autour de cette section plane un mystère : une paire de bottes qui disparaît et réapparaît, des objets qui semblent animés d'une vie propre. Bientôt, Elizabeth apprend la vérité : les objets entreposés dans la galerie Grimm sont magiques ! Mais ce n'est pas tout : les gens peuvent les louer, à leurs risques et périls. Car la magie est parfois dangereuse, et le genre de caution que doit laisser l'emprunter est assez insolite : son sens de l'humour ou son premier-né, ou encore ses souvenirs d'enfance... Toutefois, Elizabeth se sent bien à cet endroit. Elle s'y fait des amis : Marc, le basketteur-star du lycée, Anjila, descendante d'une grande famille indienne, et Aaron, un garçon un peu maladroit. Tous trois découvrent que, depuis peu, de curieux événements s'enchaînent :
    Une employée a été renvoyée pour vol, une autre a disparu sans préavis, certains objets magiques perdent leurs pouvoirs, un étrange client cherche à s'emparer d'un paquet confié à Elizabeth, et un oiseau géant plane dans le ciel, comme porteur d'un mauvais augure... Alors, lorsque Anjila disparaît à son tour, ses amis décident de mener l'enquête...

  • Lan, 14 ans, travaille dans une fabrique de baskets pour assurer la survie de sa famille. Elle vit en permanence à la limite de ses forces. Un jour, elle fait la connaissance de Taï Lê, l'héritier de l'entreprise, qui l'invite à une fête avec ses amis. Cette nuit-là, Lan ne dort que deux heures ! Or, les conditions de travail ne cessent de se dégrader : un nouveau surveillant a imaginé de punir les ouvriers paresseux en leur mettant une vipère autour du cou ! Lan, dont la famille lui a appris à chasser les serpents, entre en résistance :
    Elle capture la vipère, et sort de l'atelier. Elle tombe alors sur le directeur de la fabrique, M. Lê, qui la somme d'aller rapporter l'animal au grand-père Lê, grand amateur de serpents. C'est le début d'une amitié. Le grand-père Lê demande que Lan soit affectée à son service. La fillette revit, mais elle est considérée comme une traîtresse par ses collègues. Le jour où une grande firme allemande annonce une inspection qui pourrait déboucher sur l'attribution d'un label, les employés, Lan en tête, décident de faire éclater la vérité. Elle « emprunte » un magnétophone de façon à ce que les ouvriers puissent enregistrer leurs doléances, et dispose des serpents dans les boîtes à chaussures destinées aux Allemands... Le grand-père sauve la situation : il obtient des Allemands que le label soit accordé à son fils, en échange de quoi celui-ci assouplira les conditions de travail de ses employés...

  • Bella Rossa a vingt ans, une beauté sauvage, des cheveux rouges, une poitrine généreuse et un tempérament bien trempé. Heureusement ! Car chez elle, à Maussad-Vallée, la vie n'a été qu'une suite de calamités. Bella Rossa rêve de fortune, de bonheur, et veut découvrir le continent. Elle espère aussi retrouver sa mère qui, quinze ans plus tôt, l'a laissée à Lom'Pa, ce père alcoolique, paralysé des jambes depuis qu'il est tombé du toit de la ferme. Aussi, quand la guerre et ses soldats arrivent à Maussad-Vallée, Bella Rossa décide-t-elle d'atteler les vaches à la vieille charrette à foin, puis d'embarquer Lom'Pa et toute la quincaillerie qu'elle a accumulée au fil des années pour la vendre afin de subsister.
    Ce qu'elle ignore, c'est qu'en chemin elle fera la connaissance du sergent Modrzejewski, et que son amour pour lui sera à la fois un miracle et la pire des calamités.
    Ce qu'elle ignore, c'est qu'elle manquera de mourir à cause d'une pépite de plomb et que, plus tard, une autre pépite changera sa vie.
    Ce qu'elle ignore, c'est que l'Ouest lui réserve des rencontres aussi dangereuses que formidables.

  • Au XVIIIe siècle, le peintre belge Emmanuel Denef désire plus que tout un enfant. Malheureusement, son extrême laideur lui interdit d'espérer un quelconque mariage. Grand lecteur et grand érudit, il se procure des traités d'alchimie dans le but de fabriquer un homuncule, petite créature qu'il entend bien chérir comme un fils. Hélas, il se heurte à plusieurs échecs, et ne dépasse jamais le stade des « ombres » : des créatures grises aux jambes aussi fines que des allumettes, aux grands yeux jaunes, sans cheveux, nez, tétons, nombril, ni sexe ; leurs pieds et leurs mains ressemblent à des spatules. Ces ombres lui tiennent compagnie un moment, mais ne comblent pas son besoin d'amour. Découragé, Emmanuel se rend à Urbino en Italie, dans la demeure de Guido Spaziano, un vieil alchimiste bourru. Grâce à son expérience, les deux hommes parviennent à créer un vrai homuncule, petit être vivant, qu'Emmanuel baptise Gilles. Rapidement, l'homuncule développe une intelligence hors du commun, qui lui permet d'assimiler sans difficulté les techniques alchimiques les plus complexes. Mais quand son père Emmanuel meurt de vieillesse, Gilles se retrouve malheureux et seul dans leur grande maison à Bruxelles, avec pour seule compagnie ses soeurs les ombres, trois créatures alchimiques ratées et sans intelligence. Il se terre dans sa chambre et vit reclus pendant plus d'un siècle, jusqu'à l'arrivée de deux frelons géants de Chine...
    Les ombres l'appellent au secours, l'obligeant à sortir les défendre. Il fera ainsi la rencontre, dans la maison, d'une petite fille qui lui redonnera le goût de vivre.

  • La vie de Paul, 12 ans, que ses parents, trop occupés par leur travail et en instance de divorce, laissent seul dans l'appartement familial...
    Paul a douze ans et vit à Francfort avec ses parents. Sauf que ses parents ne sont jamais là. Sa mère, journaliste, accepte le poste de ses rêves à New York tandis que son père, commercial, est sans cesse en voyage d'affaires. Paul est confié à Oma Käthe, sa grand-mère de coeur, qui habite sur le même palier. Mais, quand celle-ci tombe malade, il est balloté d'un appartement à l'autre, chez différents habitants de l'immeuble, qui se connaissent tous et s'entraident. Lors de l'une de ses rares visites, son père lui apprend que sa mère et lui vont divorcer, puis, peu après, il sombre dans la dépression et doit être hospitalisé.
    Bouleversé, sans repères ni confident, le garçon sent la tristesse et la solitude l'envahir, même si tous ses voisins sont prêts à l'aider. Il a toujours les clés de son appartement et s'y réfugie quand il se sent trop mal.
    Pour ses 13 ans, les voisins organisent une fête. Sa mère, qui avait promis d'être là, lui fait faux-bond. Pour Paul, c'est la déception de trop : sa mère, toujours absente, ne semble pas s'intéresser à lui et fait de moins en moins partie de sa vie.
    Le lendemain, il accepte pourtant d'aller la voir dans une chambre d'hôtel à Francfort, accompagné d'Adam, un habitant de l'immeuble, avocat à la retraite. L'égoïsme dont elle fait preuve confirme ce qu'il pensait, et Paul abrège l'entrevue et rentre chez lui, où tous les voisins l'attendent. Désormais, il vivra avec son père, qui peut maintenant rester auprès de lui.

  • Depuis qu'ils ont été recrutés par le Cyclone, un organisme secret, Hector, Sybille, Helen et Jason ne sont plus tout à fait des adolescents comme les autres. Leurs missions? Infiltrer les mythes et les contes de fées afin d'enquêter sur des phénomènes étranges. Pour leur baptême du feu, le Cyclone les envoie dans la forêt de Fontainebleau. Ils y découvrent le corps inanimé de la célèbre Rubis C. Or, cet ensorcellement met en péril l'un des contes les plus populaires de Perrault, menaçant l'équilibre de notre propre réalité. La principale suspecte est identifiée : il s'agit de Pandora, un ex-agent, âgée de quinze ans qui s'est réfugiée dans les Royaumes de Perrault. Pour Hector et ses équipiers, le voyage ne sera pas de tout de tout repos... Attention, dans ce monde, la féerie peut devenir votre pire ennemie !

  • « Ce livre parle :
    - de moi, Semla, douze ans et demi. Pas la plus jolie de la classe, même si c'est l'avis de papa.
    - de Gordon, qui se moque éperdument du regard des autres. Il est capable de se balader avec des verres en cristal sur les yeux sans ressentir la moindre honte.
    - de Lino, dont je suis peut-être bien, un peu amoureuse. (je ne l'ai pas dit à Gordon, bien qu'il soit mon meilleur ami et qu'on se raconte tout).
    - d'une enfant du divorce - moi, en l'occurrence -, parfois heureuse, et parfois pas !
    - du plaisir de cracher sur la tête des gens, du haut d'un arbre.
    - de mon petit frère somnambule, qui, la nuit, fait pipi dans le placard à chaussures !
    - du jeu de l'amour auquel on se livre, Gordon et moi.
    - de ma vie chez papa, de ma vie chez maman et ma vie, c'est tout un roman. »

  • « On se rencontre, on partage, on se quitte » sur le long chemin de sable qui relie Dunkerque à Saint-Jean de Luz par la côte.
    Vincent, seize ans, vit dans une cité HLM de Dunkerque. Il est au bord du désespoir et, dès que l'occasion se présente, il s'en va. Laissant derrière lui un père en prison, une mère au bout du rouleau et trois petits frères et soeurs. Il rejoint son oncle qui vit au bord de la mer, où il réalise des sculptures étranges. A son côté, Vincent retrouve un peu le goût de vivre. Puis il tombe fou amoureux d'une jeune fille sur la plage, et lorsqu'elle lui annonce qu'elle doit repartir à Saint- Jean de Luz, le garçon lui promet qu'il ira l'y retrouver. À l'approche de Noël, il reprend la route, sans un sou, en suivant la côte de Dunkerque en direction du Pays basque. Par un jour de neige, il rencontre un écrivain excentrique qui lui propose de l'héberger. Il redécouvre le bonheur de rire, la chaleur d'un foyer. Cependant, l'envie de retrouver Véronique est si forte qu'il repart encore. Il se pose sur l'île de Batz, où il rencontre Nadine et Jacky, un jeune couple de routards, paumés comme lui. Là, il fait quelques travaux dans un hôtel pour se renflouer et devient ami avec le propriétaire et une veille dame qui l'incite à écrire. Mais déjà, Vincent sent qu'il est l'heure de s'esquiver. À Saint-Nazaire, il se fait un nouveau copain, un vrai : Mehdi. Tous les deux ont un projet : vendre les sculptures que Vincent va réaliser lui-même, comme il a appris à le faire avec son oncle.
    Manuel, un vieux Portugais, se joint à eux, bientôt suivi par Mado et Lola. La famille de la route, qui bivouaque sur la plage, s'agrandit. Enfin Mehdi trouve un acheteur, Ashley Melville : un toqué d'art qui achète à Vincent toutes ses sculptures et qui offre même à la petite bande de s'installer dans sa villa. Ashley prend sous on aile ces oiseaux blessés, mais lorsqu'il leur propose de les emmener tous avec lui aux Etats-Unis, Vincent décline l'invitation, il veut retrouver Véronique !
    Arrivé à Biarritz, le trac s'empare de lui. Il traîne quelque temps chez Mme Etchégaray, une ancienne chanteuse lyrique originale, avant de se décider. Or, lorsqu'il arrive à l'adresse que lui a donnée la jeune fille, celle-ci a disparu depuis quinze jours. Son oncle, Horacio Vargas la protège d'un chantage familial. Leurs retrouvailles auront tout de même lieu, sur une plage de Saint-Jean de Luz, comme les deux amoureux se l'étaient promis plus d'un an auparavant.

  • Bella rossa est une jeune femme aux cheveux flamboyants et à la vitalité hors du commun.
    Pourtant, depuis sa naissance son existence n'est qu'une suite de calamités. lorsque la guerre arrive jusqu'à maussad-vallée, elle décide que le moment est enfin venu de partir à la recherche de la fortune : elle a son idée ! et tant mieux si, en chemin, elle trouve le bonheur... embarquant son père paralysé et sa collection de casseroles, bella rossa se met en route vers l'ouest. ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'elle manquera de mourir par la faute d'une pépite et que l'ouest lui réserve des rencontres aussi dangereuses que formidables.
    Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'il existe des pépites plus précieuses que celles des chercheurs d'or...

  • "Je me rappelle que maman me conseillait de garder ma colère pour combattre l'injustice. Désormais, je sais ce qui est injuste : le silence qui règne autour du sida." Chanda raconte son histoire et celle de sa famille, son quotidien difficile, son combat pour la vie. Avec, en filigrane, le poids du secret, la peur du qu'en dira-t-on, que la jeune fille fera voler en éclats pour que cesse enfin l'ignorance qui entoure cette " maladie de la honte ". Une leçon de courage et de vie. Un roman bouleversant. Une écriture pudique.

  • Joan et Sarah, 12 ans, vont s'affirmer en explorant leur imaginaire dans l'écriture.
    Joan, 12 ans, vient d'emménager avec sa famille près de San Francisco, à la lisière d'un bois. Là, elle rencontre une fille de son âge, qui se présente à elle comme étant la reine des Renards. En réalité, elle s'appelle Sarah et vit dans une maison au coeur de la forêt avec Gus, son père aux allures de motard-voyou. Sa mère a disparu, et Sarah prétend qu'elle s'est changée en renarde.
    Les deux filles se lient d'amitié et participent à un concours de nouvelles. Elles écrivent une histoire à quatre mains. Le jour du concours, elles se présentent et lisent leur nouvelle, grimées en guerrières. Elles gagnent et sont invitées à suivre un atelier d'écriture pendant l'été.
    Elles rencontrent d'autres enfants de leur âge, attirés par la création. Verla, leur professeur, leur apprend à observer autour d'elles et à mieux connaître les autres.
    Pour trouver l'inspiration, Joan pose beaucoup de questions à ses parents, qui se disputent de plus en plus. Cela lui permet de comprendre leurs réactions et de se rapprocher d'eux. Elle prend de l'assurance et affirme sa vocation d'écrivain. Quant à Sarah, elle reçoit un jour des nouvelles de sa mère. Celle-ci désire refaire sa vie et tente de se réconcilier avec sa fille. Sarah a du mal à lui pardonner, mais fait de son mieux pour tourner la page. Grâce à l'écriture, elle a trouvé sa voie : elle veut devenir écrivain.

  • Des jumeaux malgaches, adoptés il y a seize ans par un couple de Français, retournent sur leur île natale et y découvrent leur passé.
    Cléa et Brice, des jumeaux malgaches, ont été adoptés à la naissance par un couple de Français.
    Seize ans plus tard, si Brice est bien dans sa peau, Cléa est déscolarisée, a de mauvaises fréquentations et elle est convaincue que tous les Français sont racistes. Sa colère inquiète tant ses parents qu'ils décident, comme une dernière tentative pour surmonter ce qui la ronge, d'envoyer les deux adolescents passer l'été sur l'île de Madagascar. Là-bas, ils sont accueillis par Josépha, la marraine de Cléa, qui travaillait jadis à la pouponnière de Tana (la capitale), où Christine et Bernard sont venus chercher leurs enfants. Or, depuis toujours, un mystère plane autour de leur abandon : Cléa et Brice sont nés à Mananjary, dans le territoire Antambahoaka, où, selon la coutume, les naissances doubles portent malheur. Autrefois, les nourrissons étaient tués ; aujourd'hui, ils sont le plus souvent abandonnés. Ce n'est donc pas étonnant si leurs parents naturels n'ont pas voulu d'eux. Mais alors pourquoi ces deux bébés, quelques heures après leur naissance, ont été envoyés à la capitale par avion ?
    Cléa et Brice passent le début de leur séjour chez Josépha. Brice, tantôt émerveillé, tantôt effaré, découvre « son » île : des paysages à couper le souffle, un mode de vie si différent, une immense pauvreté... Cléa, elle, se terre dans le silence. En vérité, elle échafaude un plan : se sauver pour aller là où tout a commencé, à Mananjary. Or, là-bas l'attendent des rencontres inattendues, de vieux secrets, en somme son histoire, liée à celle de son peuple d'origine...

  • Un jeune américain, d'origine iranienne, va se battre pour prouver l'innocence de son père accusé d'être un terroriste !
    Sami Mohammed Sabiri est un jeune Américain de 16 ans, élevé selon des principes stricts. Son père, qui a fui l'Iran dans sa jeunesse et travaille aujourd'hui comme directeur de recherche dans un grand laboratoire de biologie, est un fervent musulman qui exerce sur lui une autorité démesurée. Sami, qui rêve simplement de mener une vie de jeune Américain « ordinaire », n'a pas le droit de sortir ni de partir en vacances avec ses copains. D'où son véritable désamour pour son père incapable de le comprendre. Alors que M. Sabiri se vante d'avoir parfaitement réussi l'intégration de sa famille dans leur petite ville, Sami mesure au quotidien à quel point son père se trompe. Et les événements vont lui donner raison. En pleine nuit, leur maison est prise d'assaut par des forces de police antiterroristes, et M. Sabiri est emmené, menotté, pour subir un interrogatoire.
    Le lendemain matin, dans une maison saccagée, Mme Sabiri et son fils découvrent à la télévision que M. Sabiri est soupçonné d'appartenir à un groupe terroriste qui préparait un attentat de grande envergure contre les États-Unis. Tandis que les médias se déchaînent, diffusant des informations plus consternantes les unes que les autres sur les supposés chefs d'accusation, Sami passe de la stupéfaction au doute, puis à la certitude que son père n'est pas coupable. Il va se lancer à corps perdu dans cette affaire et partir à la recherche de preuves pour l'innocenter.

  • Quand le nazisme s'empare du rêve d'un enfant....
    En 1942, Adolf Hitler règne sur l'Allemagne en maître incontesté.
    Pourtant, Arthur, un jeune paysan du sud du pays, a été si bien protégé par ses parents qu'il ignore tout du nazisme. Obligé d'intégrer un camp des Jeunesses Hitlériennes, le voici projeté au coeur du système. Résistera-t-il longtemps à l'endoctrinement ?
    D'autant qu'on lui propose de réaliser son plus grand rêve : devenir pilote.
    Or, la fin de la guerre approche, et les nazis se savent perdus. Arthur ignore que ses amis et lui voleront donc dans des avions désarmés, face à l'armada anglaise...

  • Comme tous les enfants de sa famille, Kevin a découvert, le jour de ses 13 ans, son pouvoir : d'un simple regard, il peut réduire en pièces détachées n'importe quelle construction. Lors d'une réunion familiale dans le ranch d'un oncle, Kevin provoque l'écroulement d'une grange. Ses parents lui proposent alors de rester au ranch, à la campagne, le temps qu'il maîtrise son don. Kevin y partagera le quotidien d'une flopée de cousins aux dons fantasques. Avec eux, il va découvrir qu'il peut aussi réassembler des pièces détachées sans indication ni plan, et même façonner le métal lorsqu'il se concentre. Il va ainsi se rendre compte qu'il aime créer. Au cours de cet été riche en événements, Kevin tombera aussi amoureux et sauvera le ranch de son oncle de la destruction...

  • « On a beau dire que la vie est parfois dégueulasse, il faut avoir vidé la cuve d'un WC de campagne pour comprendre à quel point le mot est approprié. » Fils de parents immigrés d'origine cubaine, Rico Fuentes vit à Harlem. Mais sa peau pâle et ses cheveux clairs font de l'adolescent le souffre-douleur du quartier. Souvent agressé par les « blacks » de son lycée mais également rejeté par les siens, le jeune garçon n'en peut plus. Il finit par fuguer et rejoint son ami Gilberto, qui vient d'acheter une ferme dans le Wisconsin. Pour s'intégrer, Rico tait qui il est. Il travaille dans une station service et parvient même à séduire Sharon, la fille d'un notable de la ville. Le garçon semble avoir trouvé sa place. Mais ses parents lui manquent de plus en plus et il pense aussi aux projets qu'il a laissés à New York.
    De plus, l'intolérance et la violence existent aussi dans le Wisconsin :
    Rico se fait taper dessus à cause de ses cheveux longs.
    Rico réalisera alors son erreur. Il y a certaines choses qu'on ne peut fuir. Et c'est en trouvant le courage d'accepter ses origines qu'il comprendra enfin qui il est, et qui il veut devenir.

  • C'est l'été. Cinq orphelins d'une douzaine d'années passent leurs vacances sur la côte australienne. Emerveillés par la mer qu'ils voient pour la première fois, ils explorent le village, la plage et ses dunes. Là, ils rencontrent Teresa, une jeune femme qui sait faire la roue à la perfection. Son mari, Fearless, a la moto la plus belle et la plus bruyante qu'ils aient jamais vue. Pour ces cinq garçons qui rêvent d'être adoptés, ce sont les parents idéaux. Dès lors, ils se lancent dans une compétition féroce pour gagner la première place dans le coeur de Teresa et Fearless.

  • Des enfants enquêtent sur le meurtre d'un homme et mettent à jour un réseau de trafics d'organes !
    À Elbow, une petite ville des États-Unis, il pleut 364 jours sur 365, au grand désespoir de Béatrice, une jeune fille qui vit chez une amie de ses parents, depuis la mort de son père et l'internement de sa mère. Un jour, pendant les grandes vacances, elle décide de participer à un concours de photographie offrant un voyage en Floride ! C'est l'occasion rêvée pour elle de partir au soleil ! Sam, son vieux copain, l'entraîne alors dans une vieille maison abandonnée pour lui permettre de faire LA photo qui remportera le premier prix. Seulement, une fois sur les lieux, ils découvrent un cadavre borgne... Choquée, Béa prend quand même des photos. De retour chez elle, au moment de développer les clichés dans l'ancienne chambre noire de son père, elle constate qu'ils s'effacent et, sent, affolée, une présence autour d'elle. En menant une enquête avec d'autres enfants de la ville, Béatrice et Sam se retrouvent en possession d'un sac. Lorsqu'ils l'ouvrent, ils découvrent un paquet d'intestins humains qui s'avèrent être ceux du mystérieux cadavre...

  • Unique

    Alison Allen-Gray

    Dominic, 15 ans, ne s'entend pas avec ses parents. Le seul membre de sa famille avec qui le garçon se sent bien, c'est Pops, son grand-père, qui perd un peu la boule. Un jour, dans le grenier de Pops. Dominic découvre un album photo que personne ne lui a jamais montré. Il est pourtant rempli d'images de son enfance. Plus il le feuillette, plus le malaise s'empare du garçon : ces anniversaires, il n'en a aucun souvenir ; ces enfants qui l'entourent et semblent être ses copains, il ne se les rappelle pas ; ces lieux où il pose, il ne les reconnaît pas. La dernière photo de l'album fait à Dominic l'effet d'une décharge électrique : c'est lui... en plus vieux ! Qui est ce jeune homme dont Dominic n'a jamais entendu parler et qui lui ressemble trait pour trait ?

  • Joseph, treize ans, est un garçon très sensible et doué pour le dessin.
    Il vit avec sa mère, et ses relations avec son père qui travaille au loin sont conflictuelles. Lorsque son professeur d'art lui donne comme devoir de réaliser un portrait, Joseph demande à sa voisine Caroline si elle accepte de lui servir de modèle. Mais celle-ci insiste pour que le garçon s'adresse plutôt à son frère, Tom. Vétéran de la guerre du Vietnam, l'homme vit reclus avec sa soeur. Taciturne, quasi invisible, il est l'objet dans le quartier de nombreuses rumeurs, surtout colportées par une autre voisine, Mrs Mossop. Bravant sa peur, Joseph accepte.
    Au début, leur relation est tendue. Tom s'enferme dans son silence, et Joseph n'est pas satisfait de ses esquisses.
    Mais peu à peu, un lien se tisse entre eux et Joseph comprend que pour réussir à faire le véritable portrait de Tom, il devra découvrir ses facettes les plus noires. Or, lui aussi a ses propres zones d'ombre, liées à l'absence de son père et à la résurgence d'un cauchemar qu'il faisait déjà enfant de l'homme qui court, un habitant du quartier un peu dérangé, après un incendie qui a fait périr sa famille. Tom et Joseph se dévoilent, se confient leurs secrets, leurs peurs, et la confiance s'installe entre eux. Et c'est au moment où le portrait de Tom commence à prendre forme, que les rumeurs redoublent. La mère de Joseph interdit à son fils de continuer son oeuvre. Le garçon se rebelle et finit par découvrir l'enfer que vit Tom depuis tant d'années : durant la guerre du Vietnam, après être tombé dans une embuscade, où toute sa troupe a été massacrée, il a tué l'enfant qui les avait piégés...
    Joseph détient ce lourd secret, qu'il est le seul à connaître avec Caroline. Au terme du roman, Tom meurt d'une crise cardiaque, après avoir donné à Joseph le plus poétique des cadeaux, l'espoir

empty