Grevis

  • Dans la pénombre sécuritaire de l'époque, la question de la répression est devenue centrale. Sur fond d'écrasement de toutes les oppositions et d'états d'urgence illimités, il est désormais largement admis que le pouvoir ne tient que par sa police. Si la question du maintien de l'ordre est désormais sur le devant de la scène médiatique, il s'agit de l'aboutissement d'un processus qui s'étend sur plusieurs décennies, dont les banlieues, puis les protestations indociles ont été les laboratoires. Alors que l'horizon ne cesse de s'obscurcir et le régime policier d'étendre sa toute puissance, ce livre retrace la généalogie d'une militarisation du maintien de l'ordre, et propose des pistes pour y résister.

  • La compensation écologique se présente comme la solution permettant de concilier développement économique et protection de la nature. Sa logique est simple : si un projet d'aménagement dégrade l'environnement, il suffit de mettre en place un certain nombre de mesures environnementales qui permettraient de compenser ces dommages.

    Loin d'être politiquement neutre, ce dispositif repose en fait sur une logique faisant des aménageurs les principaux acteurs de la protection de la nature. Ce livre permet de comprendre comment les bétonneurs du monde se saisissent de la question environnementale, pour la reformuler à leur avantage - hypothéquant durablement un avenir réellement écologique.

  • Dans plusieurs de ses interventions, Raoul Vaneigem questionne les insurrections mondiales en oeuvre depuis 2018 pour en montrer la similaire actualité : se défaire de la tyrannie du monde marchand. Dans ces textes et entretiens, dans ces analyses, inédites, au plus proche de l'actualité, l'auteur montre l'urgence qui est la notre de jeter nos forces dans ce combat pour faire éclore la poésie de la vie émancipée.
    Ouvrir un espace vital à celles et ceux que paralysent le désarroi et l'angoisse du futur, n'est-ce pas la pratique poétique qui fait l'insolente nouveauté de l'insurrection de la vie quotidienne ? Ne la voyons-nous pas dans la déperdition du militantisme, dans l'érosion de ce vieux réflexe militaire qui multiplie les petits chefs et leurs troupeaux apeurées ? Sous la diversité de ses prétextes, l'unique revendication qui s'exprime aujourd'hui sans réserve, c'est la vie pleine et entière.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En 1964, Marcuse publie L'Homme unidimensionnel dans lequel il analyse les mutations de la consommation et la réalisation d'un consensus social-libéral épuisant la critique et les potentialités révolutionnaires : la classe ouvrière aurait été parfaitement intégrée au processus de stabilisation de la société de classe, déplaçant l'enjeu révolutionnaire vers les marginaux, la contre-culture et l'intelligentsia.

    Paul Mattick (1904-1981), un des plus grands penseurs marxistes et conseillistes américains, y répond en montrant les limites de l'intégration prolétaire dans le capitalisme. Un texte de 1969 d'une actualité déconcertante au regard des soulèvements populaires contemporains de par le monde.

  • Hinterland, c'est l'arrière-pays américain, peuplé de batteuses à grains imposantes et de fermiers courbés, où des ouvriers venus de tous les coins du monde se pressent dans des usines et des «centres de distribution». Poussée par une crise socio-économique sans cesse croissante, la structure de classe américaine se recompose dans de nouvelles géographies de race, de pauvreté et de production. Le centre est tombé. Des émeutes ricochent de villes en villes. Les anarchistes détruisent les centres financiers alors qu'une extrême droite renaissante renforce le pouvoir dans les campagnes. S'appuyant sur son expérience directe des troubles populaires récents, du mouvement Occupy à la vague d'émeutes et de blocus qui a commencé à Ferguson, Phil A. Neel offre une vue rapprochée de ce paysage dans tous ses détails sinistres mais captivants.
    À la veille de l'élection américaine, Phil A. Neel nous livre ici les clés pour lire le conflit de classes et sa nouvelle géographie aux États-Unis.

  • Le manifeste différentialiste fut publié pour la première fois en 1970 (Gallimard). Cinquante ans après sa sortie, les éditions Grevis ont trouvé dans ce texte une acuité au présent. Les revendications identitaires et micro-identitaires semblent aujourd'hui freiner les luttes collectives. Mais l'identité, d'après Henri Lefebvre, ne fonctionne pas tant par différence que par distinction.

    La différence au contraire procède de l'affirmation et du dépassement. Si le retour de Lefebvre dans le champ des théories de l'émancipation arrive enfin en France, bien souvent cet ouvrage majeur est mis de côté. Il propose pourtant une hypothèse stratégique déterminante : la différence est révolutionnaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Pour la grève

    ,

    • Grevis
    • 12 Septembre 2019

    La grève a toujours eu des ennemis. Des forces s'agrègent pour lui faire perdre en légitimité et en opérativité. On la renvoie à l'archaïsme, à une contrainte antidémocratique faite aux "usagers", à une mauvaise stratégie, à une forme de violence. Elle s'est sclérosée dans les mains d'organisation syndicales. Mais si elle conserve sa force subversive c'est parce qu'elle n'existe qu'en imposant une remise en cause de l'ordre établi.

    C'est pourquoi, du mouvement contre la loi travail au mouvement des gilets-jaunes, la grève a retrouvé sa puissance : elle est la mise en oeuvre de notre légitimité contre un ordre qui nous assujettis, elle est le foyer d'une communauté de sens.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Sana

    Leo Larbi

    • Grevis
    • 30 Avril 2021

    Sana est un roman pluriel tressé autour d'une même figure féminine à deux âges opposés. Lulu, jeune enfant, tuberculeuse, enfermée au sanatorium de Roscoff, dont le flux intérieur des pensées, souvenirs, peurs et joies répond à son immobilité. Lulu, l'enfant devenue vieille femme, acariâtre, enfermée chez elle à Danjoutin, cherchant à atteindre sa fille en lui envoyant des collages hétéroclites de textes et d'images.
    Moins qu'un récit biographique, ce roman parie qu'une mémoire se constitue aussi de souvenirs qui ne nous appartiennent pas, ou plus. Non pas un récit de soi mais un récit où l'expérience et les souvenirs - et en premier lieu le traumatisme - sortent le sujet de ses gonds.

  • Corps mouvementés

    Collectif

    • Grevis
    • 27 Novembre 2020

    Nos corps sont tenus en laisse et leurs débordements ne sont pas toujours la cause d'une libération. Si la pensée a bien des fois réinstaurée le corps comme l'expression même de la vie, elle l'a souvent fait au prix de la répression. Le corps torturé de la sorcière, les corps anéantis des hérétiques, les corps enfermés des sexualités... Donner la parole aux corps, c'est pour nous la possibilité de penser ensemble la multiplicité des choses qui lui sont liées. Au travers de fictions et d'enquêtes sociales, philosophiques, géographiques, littéraires, nous interrogeons comment l'attention aux corps dévoile l'intention répressive et ouvre aux horizons révolutionnaires.

    Chroniques du Désert est un collectif mouvant d'enquêtes politiques, sociales et philosophiques. Chaque publication comporte un dossier thématique et accueille des varias.

    Cette publication est illustrée par Vincent Denis.

  • Chroniques du Désert est un collectif mouvant s'attachant à documenter l'époque. Dans Le Désert Urbain nous publions des enquêtes politiques sur la thématique urbaine. Les transformations de l'urbanisme capitaliste se font écho d'une métropole à l'autre dans la démesure de cette mise en ordre économique mais aussi dans l'intensité des contre-mondes qui s'y dévoilent.

    Chroniques du désert s'inscrit aussi dans une tradition de réflexion sociale en rééditant un entretien avec Henri Lefebvre sur la violence politique et le terrorisme toujours éclairant aujourd'hui. Enfin, nouvelles, poèmes, entretiens ponctuent cet ouvrage se concluant par un manifeste pour l'enquête politique.

    Édition illustrée par Christophe Halais et Lignes de fuite.

  • Dans la foule - une manif dont vous etes le heros Nouv.

  • Plus vite que le coeur d'un mortel : désurbanisation et résistances dans l'Amérique abandonnée Nouv.

    Ségréguée, paupérisée et vidée, Cleveland est passée du statut de métropole florissante à celui de cauchemar urbain. Massivement démolis, ses quartiers noirs sont progressivement rendus à la nature. Les conservateurs y extraient les dernières richesses tandis que racisme et austérité avancent masqués derrière des algorithmes.

    De ce paysage dystopique, une vision alternative émerge pourtant : celle dun futur agricole et coopératif. Dix ans après le crash déclenché par l'effondrement des subprimes, ce livre offre une plongée dans l'épicentre de la dernière crise globale. En donnant la parole à celles et ceux qui sont confrontés au déclin extrême, il cherche à éclairer l'Amérique urbaine abandonnée.

  • Les capitalistes revent ils de moutons electriques? Nouv.

empty