• Les Français croient-ils encore à leurs libertés?? L'État de droit nous fait-il encore rêver?? Avons-nous encore la force de désirer autre chose que notre sécurité?? Au cours des années 2015 à 2020, les conditions de notre liberté se sont réduites par vagues : urgence sécuritaire, urgence sanitaire, maintien de l'ordre public. Réflexe de protection face au traumatisme du terrorisme islamiste, sacrifices nécessaires pour endiguer le Covid-19, normalisation des atteintes aux droits de la presse, accoutumance à un traitement répressif des manifestants... Alors que nos gouvernements successifs développent une addiction sécuritaire, l'esprit de résistance s'endort.  Avec une plume acérée, François Saint-Pierre nous livre un document essentiel pour capter, derrière les coups de bélier sécuritaires qui ont ponctué ces années, une lame de fond préoccupante : la passion française pour la liberté s'est érodée. De cette chronique, sachons tirer des clés pour raviver la flamme. François Saint-Pierre est avocat. Sa pratique de la défense pénale nourrit sa réflexion de citoyen sur notre modèle démocratique et judiciaire depuis de nombreuses années. Il a publié aux éditions Odile Jacob Avocat de la défense (2009), Au nom du peuple français (2013) et Le Droit contre les démons de la politique (2019). 

  • C'est en lisant le Journal de Maurice Garçon, cet illustre avocat qui l'avait rédigé sous le régime de Vichy, que je me suis posé cette question : si à l'avenir un gouvernement même issu d'élections régulières décidait de mettre en oeuvre une politique indigne, contraire aux droits fondamentaux des gens, la justice saurait-elle s'y opposer et défendre l'essentiel, l'État de droit ? C'est le pari de ce livre. L'Europe d'après guerre s'est reconstruite sur un système judiciaire international destiné à garantir les libertés publiques et individuelles, que les États doivent respecter en toutes circonstances, et qui permet à toute personne victime d'un abus du pouvoir de porter plainte devant la justice de son pays, puis devant la Cour européenne des droits de l'homme. Son essor a été remarquable, dans les années récentes. Les trois grandes juridictions françaises, le Conseil constitutionnel, la Cour de cassation et le Conseil d'État, ont chacune développé dans cet esprit des jurisprudences protectrices des libertés, parfois contre le pouvoir politique. Ce livre en fait l'éloge, en expliquant certaines de leurs décisions les plus significatives. Mais ce système judiciaire ne fonctionne pas tout seul. C'est aux avocats, aux procureurs et aux juges qu'il appartient de servir cette idée de la justice. Ils disposent pour cela d'outils juridiques très efficaces, dont ils font bon usage. Au point que certains responsables politiques voient d'un mauvais oeil l'émergence de ce nouveau « pouvoir judiciaire », qu'ils songent à museler ! François Saint-Pierre est avocat. Il se consacre à la justice pénale depuis de nombreuses années. Il a publié aux Éditions Odile Jacob deux précédents essais, Avocat de la défense, en 2009, et Au nom du peuple français. Jury populaire ou juges professionnels ?, en 2013. Il est aussi l'auteur d'une Pratique de défense pénale, aux Éditions LGDJ, mise à jour tous les ans, qui contient, comme une boîte à outils, les droits de la défense que peuvent utiliser les personnes confrontées à la justice pénale, qu'elles soient mises en cause ou plaignantes. 

  • Qui doit juger quand il y a eu crime ? Dans notre pays, la justice criminelle est rendue par des jurés populaires, c'est-à-dire par des citoyens, comme vous et moi, qui ont été tirés au sort. Est-elle plus fiable ainsi ? Plus fiable que si elle était rendue par des juges professionnels ? La plupart des jurés remplissent leur mission avec conscience et découvrent ainsi ce qu'est la réalité de la justice pénale. Les présidents de cours d'assises eux-mêmes le disent : leur présence à leurs côtés noue un lien nécessaire entre la société et la magistrature. Le jury populaire serait, disent-ils, la condition d'une justice démocratique. Mais les jurés remplissent-ils vraiment ce rôle de garants, de contre-pouvoir que l'on attend d'eux ? Les procédures en vigueur leur en donnent-elles les moyens ? Une plongée en pleine cour d'assises pour mieux comprendre comment se déroule un procès criminel, quel est le rôle précis du président de la cour d'assises, jusqu'où s'étend son pouvoir, et qui décide, au bout du compte, de l'innocence ou de la culpabilité d'un accusé. François Saint-Pierre est avocat et consacre son activité à la justice pénale. Il a notamment publié Avocat de la défense. 

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Deux révolutions, deux coups d'État, un consulat, deux empires, deux monarchies, deux républiques et une commune, ce n'est pas sans raison qu'on surnomme le 19e le "Siècle des révolutions". Les dix ouvrages proposés ici, dont aucun n'est un classique de l'histoire politique, ne prétendent nullement faire le tour d'un siècle aussi riche en événements. Ils nous présentent différents moments ou morceaux du 19e siècle. Biographie ou essais biographiques sur Napoléon et Saint-Just (Chaptal, Sainte-Beuve), histoire de France de la Révolution de 1789 jusqu'à celle de 1848 (Guizot), histoire anecdotique de 1830 à la naissance de la IIIe République (Du Camp), essai politique sur le phalanstère et la pensée sociétaire (Cantagrel), sur 1848 (Proudhon), sur le "trop d'État" (Laboulaye), nouvelles littéraires sur la guerre de 1870 (Céard, Huysmans), souvenirs d'un boulangiste antidreyfusard (Meyer), ces dix regards croisés nous font sans cesse changer d'optiques et d'échelles de temps.
    Ce coffret contient dix oeuvres de la littérature française, avec une préface et une présentation de Jean Demerliac : Mes souvenirs sur Napoléon de Jean-Antoine Chaptal, L'Histoire de France depuis 1789 jusqu'en 1848 racontée à mes petits-enfants de François Guizot, Galerie de portraits historiques de Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les Confessions d'un révolutionnaire de Pierre-Joseph Proudhon, Le Fou du Palais Royal de François Cantagrel, L'État et ses limites d'Édouard Laboulaye, Souvenirs d'un demi-siècle de Maxime Du Camp, La Saignée de Henry Céard, Sac au dos de Joris Karl Huysmans, Ce que mes yeux ont vu d'Arthur Meyer.
    Retrouvez dans la même collection : Le Siècle positif, Le siècle de fer, Argent, bonheur et richesse, Esprit es-tu là ?, Le Tour du monde, L'Invention de Paris : des bas-fonds au Gai Paris, Des Parisiens et des Parisiennes, L'Amour dans tous ses états, Miscellanées.

  • Au cours de l'année 1945, à quelques mois d'intervalle, paraissaient à Montréal deux romans qui devaient marquer profondément, l'un autant que l'autre, la littérature québécoise et canadienne : Le Survenant de Germaine Guèvremont, publié en mars, et Bonheur d'occasion de Gabrielle Roy, paru au mois de juin suivant.
    Au-delà de l'intention commemorative, les six articles rassemblés ici veulent susciter de nouvelles lectures de ces deux
    oeuvres majeures.

empty