• La vie volatile

    Jacques Demarcq

    • Nous
    • 20 Août 2020

    Jacques Demarcq poursuit l'aventure des Zozios par des voyages aux Amériques, en Afrique et en Asie, que complète un tour du monde des arts traditionnels et modernes des cinq continents. Parmi les humains et d'autres animaux, il y rencontre beaucoup d'oiseaux, volatiles incitant son écriture et sa pensée à ne pas tenir en place.

    « Les oiseaux sont une chance à saisir, à l'égal de l'amour. »

  • Les zozios

    Jacques Demarcq

    • Nous
    • 9 Juin 2008


    jacques demarcq, traducteur d'oiseaux et de littérature, interroge les limites du sens, et celles de l'humanité.
    il fallait trouver une échappatoire à l'anthropocentrisme régnangnant. pourquoi pas les oiseaux ? la légèreté de leur intelligence face aux événements, leur refus de croire au ciel qu'ils connaissent trop, et ce manque d'entêtement qui les fait ne pas tenir en place, en page, en cage.

  • Phnom poèmes

    Jacques Demarcq

    Phnom Poèmes est un récit de voyage atypique, en poèmes, au Cambodge. Ce livre est une tentative rare : un témoignage contemporain, illustré, du point de vue de la poésie. Écrit « sur le vif » il conjugue l'inventivité d'un travail sur la langue et un souci documentaire d'une grande acuité. Un documentaire en poèmes, en prose et en photographies. L'auteur sait la neutralité illusoire et ne s'interdit ni l'humour ni l'empathie. Il y affirme aussi, en mots et en images, que la découverte peut passer par l'invention.
    En trois séjours, Jacques Demarcq a passé quelque six mois au Cambodge, principalement à Phnom Penh. La première fois, c'était en touriste. Le procès des dirigeants Khmers rouges y débutait. Il s'est souvenu d'avoir eu des étudiants réfugiés après avoir milité contre la guerre du Vietnam. Plutôt que ce double passé amplement décrit ou cinématographié, c'est le présent devenu paisible qui l'a fait revenir, plus longuement, dans cette capitale de taille et d'importance moyenne en Asie (1,5 millions d'habitants). S'y côtoient la misère, le profit cynique, avec toute les débrouillardises entre deux. Il en ressort une image crue, sans illusion, de l'état du monde en dehors des guerres.
    Ni journal de voyage ni reportage à thème, Phnom Poèmes est une promenade au hasard de Phnom Penh et du proche Mékong. Le regard, l'écoute, la perception sont toujours en mouvement, ponctués de rencontres, compliqués de détours, secoués d'emballements critiques ou amusés. Les vers permettent de rythmer et les strophes de séquencer ces variations dynamiques, les moments de prose marquant plutôt des pauses. Les formes, jamais fixes, restant en formation, le poème maintient la pensée en situation de risque et perplexité devant une complexité vivante, inachevée, plutôt que tout compris.

  • Avant-taire

    Jacques Demarcq

    • Nous
    • 23 Avril 2013

    De Compiègne à la Normandie.
    J'aurai vécu bienheureux gosse.
    En des contrées des plus atroces.
    Mais quel pays n'est pas maudit.

    De la mort vaine à comment dire.
    L'histoire ou la folie des hommes.
    Ou le destin lorsqu'à peine comme.
    Enfant on les ignore mentir.

  • Nerval m'est un vieil ami. Peu enclin au romantisme, je me suis souvent demandé ce qui me liait à lui. J'étais, je suis toujours fasciné par les sonnets des Chimères, bien sûr : leur énigme et leur limpidité tout à la fois. Mais c'est surtout dans Sylvie et ses autres récits du Valois que je me promenais ; j'y retrouvais un peu de mes paysages dans une contrée proche. Je me suis mis à écrire avec lui. J'ai emprunté la trame d'un de ses contes pour un livret d'opéra dont le style, certes, est aux antipodes du sien. Plus tard, j'ai retracé sa vie dans la bouche d'un enfant. Entre temps, je lisais et relisais Sylvie, Aurélia, et ses autres textes. Plus j'allais, plus son écriture acquérait une vie autonome, détachée de sa biographie et des paysages qu'il a parcourus, pour s'engager avec une incroyable lucidité dans la folle aventure des signes. Comme l'a senti Proust, il est l'anti-Saine-Beuve : sa vie l'explique peu. Son oeuvre montre avec douceur qu'un être humain vient moins au monde qu'il ne tombe dans un langage : une mise en forme de la réalité dont les bases culturelles, toujours un peu mythiques, recèlent désirs et dangers. Nerval ne m'en est devenu qu'un ami plus intime.

  • Le livre est illustré de dessins d'artistes contemporains.
    Les expressions, la tournure d'esprit de Rimbaud irriguent constamment l'écriture dans une grande mobilité verbale.
    Demarcq se fait traducteur d'oiseaux et de littérature mêlés.

    L'auteur a publié fictions, poèmes essais et traduit, entre autres, 10 livres, surtout E.E. Cummings mais aussi A.Zanzotto, Gertrude Stein, etc.
    Nombreuses lectures publiques.

  • Contes z'a diction

    Jacques Demarcq

    • Act mem
    • 11 Janvier 2002

    Langue parlée dans la langue écrite (et réciproquement), ces récits imaginaires - tendres, ironiques, drôlatiques et déchirants - se déroulent à fois sous non yeux et dans nos oreilles, comme lorsque nous rêvons (le rêve ne dit jamais non).
    Ce livre n'est pas qu'un livre, c'est une sorte d'opéra bouffe contemporain ; il nous invite, si l'on veut bien, à la représentation d'une composition de littérature d'aujourd'hui. d'une écriture " dansante ", les " contes z'à diction " se lisent en même temps sur la page imprimée du livre et à haute voix (musiques et chants) dans notre tête, devenue pour le coup une véritable scène, celle du rêve éveillé (qui dit toujours oui).

  • Ce volume " hors-norme ", " hors-sol ", " hors-service ", offre avec légèreté, gravité et ironie, un aperçu de l'audace et du " charme " de la création poétique et littéraire contemporaine, aux frontières de notre époque.

empty