Albin Michel

  • En juillet 2020, Emmanuel Macron commandait à Benjamin Stora un rapport sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie, ainsi que sur les moyens de favoriser une réconciliation entre la France et l'Algérie. L'historien s'est attelé à la tâche non seulement à partir de l'immense historiographie existante, à laquelle il a lui-même grandement contribué, mais aussi en rencontrant des dizaines d'interlocuteurs de tous bords. Pour tenter de rendre compte de cet archipel de mémoires aujourd'hui communautarisées, il ne fallait en effet écarter aucune catégorie d'acteurs : des combattants indépendantistes aux « pieds-noirs », des soldats français aux « harkis », des juifs aux Européens « libéraux », communistes ou partisans de l'Algérie française...
    Cette enquête mémorielle est suivie d'un certain nombre de propositions audacieuses, qui touchent aussi bien à la symbolique qu'à l'accès aux archives historiques, afin de reconnaitre afin de mieux connaitre et reconnaitre ces « passions douloureuses ».
    Benjamin Stora a publié de très nombreux ouvrages sur la colonisation, la guerre d'Algérie, l'immigration maghrébine, dont plusieurs ont été rassemblés récemment dans la collection Bouquins (Une mémoire algérienne, 2020). Chez Albin Michel, il a co-dirigé avec Abdelwahab Meddeb en 2013 l'encyclopédie Histoire des relations entre juifs et musulmans, et publié avec Alexis Jenni en 2016 Les mémoires dangereuses.

  • La filière

    Philippe Sands

    Palmarès Les 30 meilleurs livres de 2020 - Le Monde
    Membre convaincu du parti nazi dès 1923, aveuglément soutenu par son épouse Charlotte, nazie tout aussi fervente, Otto von Wächter a rapidement intégré l'élite hitlérienne, devenant notamment, après l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, gouverneur de Cracovie en Pologne, puis gouverneur du district de Galicie, dans l'ouest de l'Ukraine actuelle - deux territoires qui furent le théâtre de l'extermination des Juifs. En 1945, après la défaite du Reich, il parvient à fuir, se cache dans les Alpes autrichiennes avant de rejoindre Rome et le Vatican, qui abrite l'une des principales filières d'exfiltration des nazis vers l'Amérique du Sud. C'est là qu'il trouve la mort, en 1949, dans des circonstances pour le moins suspectes. Comment a-t-il pu se soustraire à la justice, de quelles complicités a-t-il bénéficié ? A-t-il été réduit au silence ?Intrigues politico-religieuses, espionnage, traque et vie cachée d'un criminel, décès énigmatique, dévotion filiale et passion amoureuse, secrets d'alcôve et trahisons : faisant la lumière sur le parcours incroyable d'un haut dignitaire nazi en fuite, l'enquête méticuleuse de Philippe Sands dresse un tableau saisissant de l'échiquier politique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l'aube de la guerre froide.

  • L'Histoire de l'ignorance est une question essentielle. Pendant des millénaires, nous, les humains, ne savions presque rien de la terre. Nous nous référions surtout à nos territoires, à nos paysages, à nos villages. Sur les cartes on pouvait lire par endroit : Terra Incognita. Ce livre raconte les incroyables erreurs auxquelles il a fallu se heurter pour découvrir les secrets de notre planète bleue.
    Des erreurs parfois brillantes, souvent étranges, mais toujours fascinantes. A l'aube du XIXe siècle, la météorologie était pleine d'inconnues. En 1840, les fonds marins étaient totalement mystérieux. En 1870, la majorité des savants pensaient qu'une mer recouvrait les pôles. En 1900, nul n'avait atteint la stratosphère... L'ignorance a stimulé l'imaginaire de nos ancêtres. Le livre d'Alain Corbin réveille notre soif de savoir, et change notre regard sur le monde.

  • Vercingétorix était-il vraiment le dernier rempart des peuples gaulois contre César ? Quels actes exceptionnels poussèrent la chrétienté à canoniser François D'Assise ? Comment Ludwig van Beethoven, génie parmi les génies, est-il parvenu à surmonter sa surdité ? Par quel miracle le Japon est-il passé du Moyen Âge à la Révolution industrielle sous l'ère de l'empereur Meiji ? Quels ont été les combats et les paradoxes de Simone de Beauvoir, la fondatrice du féminisme ?Avec son inimitable talent, Stéphane Bern nous invite une nouvelle fois à percer au plus près les secrets qui nimbent encore vingt-cinq personnalités aux destins hors norme. Toutes ont un point en commun : celui d'avoir gravé leurs noms sur le marbre de l'Histoire.

  • Dominicain défroqué, proclamant haut et fort la liberté de pensée en matière de science comme de religion, provocateur invétéré, Giordano Bruno (1548-1600) est sans doute la figure la plus fascinante de la Renaissance italienne. Il se fit le défenseur de Copernic et prolongea sa thèse, en soutenant l'idée qu'un Dieu infiniment puissant ne saurait créer qu'un univers infini, lequel, dès lors, ne saurait avoir de centre... Celui qui écrivait « Si Dieu te touche, tu seras un feu ardent » finit tragiquement sur le bûcher de l'Inquisition pour avoir nié la Trinité, l'Incarnation, la virginité de Marie et même la damnation éternelle. Son oeuvre, toujours peu connue du public français, englobe toutes les disciplines de son temps, des mathématiques à l'alchimie et à la métaphysique.Jacques Arnould, à qui l'on doit de nombreux ouvrages sur les relations entre science et religion, est comme Giordano Bruno à la fois astrophysicien et ancien moine dominicain. Il nous livre ici une superbe biographie de cette figure si moderne et nous introduit à la richesse de sa pensée.

  • L'histoire est une source d'inspiration inépuisable. Stéphane Bern nous surprend une fois encore par son approche exploratrice des événements qui jalonnent les siècles.Combien de temps a duré le mariage royal le plus bref ? Quelle reine de France a eu le plus grand nombre d'enfants ? Quel est le plus vieux restaurant de Paris ? Quelle est la plus grande grève qui a eu lieu en France ? Quel roi a eu le plus grand nombre de conquêtes amoureuses ? Qui est l'écrivain le plus lu au monde ?100 records de l'Histoire : culture, politique, secrets amoureux... un vrai Guinness de l'Histoire !

  • D'un mot choisi avec soin,  insolite ou familier, Clémentine Portier-Kaltenbach nous offre un éclairage inattendu sur des femmes exceptionnelles qui ont marqué l'Histoire.
    Pourquoi la reine Catherine de Médicis peut-elle être associée à la mule, Madame de Pompadour à la macreuse, Joséphine de Beauharnais au musc et Simone de Beauvoir, féministe et célibataire endurcie, à l'alliance qu'elle exigea d'emporter dans la tombe ? Qui étaient Toto pour Juliette Drouet, Bel Gazou pour Colette et Faune pour Arletty ?Que doit Sarah Bernhard à Suzanne Noël, première femme chirurgienne esthétique ? Quel est le rapport entre la reine Victoria et le chloroforme, Agatha Christie et l'archéologie, Marylin Monroe et la soude caustique, Geneviève de  Gaulle et son mouchoir?
    Découvrez les coulisses de l'histoire, ces faits singuliers, passionnants de la première à la dernière page qui ont fait d'un mot un destin !

  • Mon champagne était un tantinet acide. Le tournedos plus que bien cuit avait souffert du retard du président français. » Ainsi Marc Roche décrit-il son dîner à Buckingham avec sa voisine de table : Elizabeth II. C'est la femme la plus célèbre du monde. Devenue reine par accident, après la disparition prématurée de son père, elle a réussi à surmonter toutes les crises. Au prix de concessions à l'air du temps ? En fait, la souveraine, âgée de 94 ans, n'a jamais donné d'interview à la presse ! Même à ses plus proches collaborateurs, elle ne se livre jamais. Son langage est codé : un « En quoi cela peut-il aider ? » veut dire « Voilà une idée totalement saugrenue. » Elle parle français et aime le pays qui lui a donné une préceptrice, un chef en cuisine et des présidents qu'elle a presque toujours appréciés. Ce document passionnant, servi par une écriture romanesque, nous dévoile une femme exceptionnelle, que l'auteur a eu la chance de rencontrer à bon nombre de reprises en tant que journaliste installé à Londres depuis plus de trois décennies. Longtemps correspondant du Monde à Londres, Marc Roche l'est aujourd'hui pour Le Point. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont La Banque, une enquête sur Goldman Sachs.

  • Pierre Péan notait tout dans ses carnets, c'est ce qui l'a décidé à écrire ses Mémoires.
    Pour la première fois, Pierre Péan, le journaliste qui est devenu célèbre en brisant l'omerta sur le passé de Mitterrand à Vichy, raconte :- les coulisses de la bataille féroce qui l'a opposé au Monde- l'ambivalence de ses liens avec les hommes de pouvoir : Grossouvre, Plenel, Djouhri...- les menaces, les pièges, le « contrat » sur sa tête - le monde délirant des dictateurs africains - ses relations très personnelles avec deux présidents de la République - de Bongo à Barril, les réseaux d'influence occultes dans l'ombre de l'État...Dans ce document captivant, l'auteur nous confie ses secrets sur les grandes affaires de la Ve République dont on mesure brusquement toute la complexité. Ce témoignage exceptionnel, nourri de nombreuses révélations, dénonce aussi l'autocensure et le conformisme médiatique.Pierre Péan, disparu en juillet 2019, était le dernier des grands enquêteurs. Il incarnait un journalisme qui dévoile sans juger ni s'acharner. Pendant sa longue carrière, il a mis au jour les dissimulations et les mensonges des puissants. Il a publié de nombreux best-sellers, parmi lesquels Affaires africaines, Une jeunesse française : François Mitterrand, ou encore La Face cachée du Monde.

  • Destin français

    Eric Zemmour

    « Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d' enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines, emplissait l air que je respirais ; je n'imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n'a laissé que des ruines. Il n y a pas d'origine de la France, puisque la France n'existe pas, puisqu il n'y a plus d'origine à rien. On veut défaire par l'histoire ce qui a été fait par l'Histoire : la France. L'Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L'Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l'histoire des Français ou l'histoire du monde. Tout sauf l'Histoire de France. Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s'est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu à aujourd'hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s' imposent au-delà des générations. L'Histoire se venge. » Après le phénoménal best-seller Le Suicide français, Éric Zemmour se livre avec force et sans tabou à une analyse de l'identité française en réhabilitant ses fondations.

  • Reconnu comme le grand historien des sens et de l'évolution des sensibilités, Alain Corbin, auteur notamment du Miasme et la Jonquille, consacre Les Cloches de la terre à l'étude du « paysage sonore ».
    En exploitant pour la première fois les quelques dix mille affaires de cloches que le XIXe siècle nous a laissées, il découvre à quel point ces sources insolites sont au centre de tout un ordre symbolique. La cloche préside au rythme de la vie rurale, oriente son espace ; elle définit une identité et cristallise un attachement à la terre. La sonnerie constitue un langage, fonde un système de communication et accompagne des modes oubliés de relations entre les individus, entre les vivants et les morts. Enfin, qu'il s'agisse de traduire la liesse, la menace du feu ou du sang, la terreur des épidémies, il n'est pas de profonde émotion collective qui n'implique un recours à la cloche. Du même coup, maîtriser l'usage de la sonnerie constitue un enjeu majeur dans le déroulement des luttes de pouvoir qui agitent les microcosmes campagnards.
    L'historien, dans cet ouvrage brillant, se tient à l'écoute des hommes du passé, en vue de détecter et non de décréter les passions qui les animaient et de comprendre un monde récemment disparu.

  • « L'Histoire est souvent écrite par les hommes. Si soucieux de leur gloire et de leur puissance qu'ils en oublient qu'ils ont été des fils dont le pouvoir ou l'héritage a été transmis par les femmes. Quel fil relie Voltaire à Abélard, Renoir à Charles VII ou le prince Charles à La Fontaine, ou encore à Ramsès II ? Mère, soeur, épouse, amante, muse, mécène, alliée politique, elles les ont accompagnés. Des femmes sans lesquelles aucun de ces hommes n'aurait pu s'accomplir. Vous allez découvrir celles qui, par leur intelligence, leur persévérance, leur soutien indéfectible, ont construit la légende de ces hommes et les ont fait entrer dans l'Histoire. »
    Stéphane Bern

  • Depuis les premiers liens entre les tribus juives d'Arabie et le Prophète Muhammad jusqu'aux récents conflits du Proche-Orient, en passant par les civilisations de Bagdad et de Cordoue, sans oublier l'Empire ottoman, le monde perse et même l'espace européen, les relations tour à tour fécondes ou tumultueuses entre juifs et musulmans sont ici exposées et analysées en toute impartialité.
    Quelque cent vingt auteurs de tous les pays ont participé à cette encyclopédie unique en son genre, dans un esprit d'interdisciplinarité qui permet de rendre compte des multiples facettes du sujet. Les difficultés du temps présent se trouvent ainsi réinterprétées à la lumière d'une histoire resituée dans la longue durée.
    Un ouvrage de référence richement illustré, à la fois clair et accessible, qui constitue un outil précieux pour une meilleure compréhension entre les cultures.

  • Durant les affrontements des guerres de Religion qui déchirèrent la France entre 1562 et 1598, des enfants catholiques âgés de six à douze ans participaient à l'exécution des hérétiques, se faisant ainsi tueurs, massacreurs et tortionnaires. Comment expliquer une telle présence des enfants au coeur de la violence qui emporte le catholicisme militant dans des rêves sanglants? L'innocence et la pureté de ces jeunes bourreaux sont paradoxalement exaltées dans les rituels de mise à mort, sorte de théâtre biblique impitoyable, qui confèrent au combat des hommes pour le salut une signification prophétique.
    Denis Crouzet fait la lumière sur ce surgissement de haine sacrée qui, plus qu'un épiphénomène ou une scorie de l'histoire des guerres de Religion, nous permet de pénétrer dans la profondeur des imaginaires qui se cristallisent autour de deux événements majeurs : le massacre de la Saint-Barthélemy et l'assassinat d'Henri III, le dernier souverain de la monarchie des Valois-Angoulême. Dans un contexte angoissant de fin des temps, il montre que le basculement dans l'horreur et l'inhumain devient la seule voie de salut pour les «enfants de Dieu».

  • TRIGANO LOVES YOU... ou l'épopée d'une famille qui a marqué le monde des vacances et des loisirs : il y a eu Raymond, l'arrière-grand-père spécialisé dans le matériel de plein-air - « Le camping c'est Trigano ! » - , Gilbert, le grand-père et co-fondateur du Club Med - « Le Club Med : la meilleure idée depuis l'invention du bonheur ! » -, puis Serge qui a réglé ses pas sur ceux de son père, avant de fonder le groupe Mama Shelter - « Mama loves you ! » - avec ses deux fils, Jérémie et Benjamin.
    Dans ce livre, Serge Trigano raconte cette formidable saga familiale qui a marqué toutes les générations, des trente glorieuses aux années 2020.de 5 étoiles pour des prix de 3 étoiles et une cuisine imaginée par des chefs étoilés.

  • En 1811, l'Empire napoléonien englobe la moitié de l'Europe ; l'autre moitié, Espagne et Portugal soutenus par l'Angleterre exceptés, n'ose s'opposer à lui. Rome, Bruxelles, Amsterdam, Hambourg, Cologne sont villes françaises. L'empereur décide du destin des Allemands, des Italiens, des Suisses et de la majeure partie de l'ancienne Pologne ; son frère aîné règne à Madrid cependant qu'un maréchal français est choisi par le roi de Suède comme prince héritier.
    Pourquoi la France a-t-elle dominé l'Europe en ce début de XIXe siècle ? Pour la première fois on trouvera ici un tableau complet des causes de cette suprématie : universalité de la langue française, poids de la démographie, innovations militaires... Et cet impérialisme n'est pas né avec Napoléon : le Grand Empire est fils de la Grande Nation.
    L'écroulement de cette Europe française fut rapide : le refus de Napoléon de créer une solidarité économique entre les États à la faveur d'un blocus continental qui n'avantagea en définitive que l'industrie française, le réveil des nationalismes se retournant contre la France, l'hétérogénéité des armées levées par Napoléon à partir de 1807 sont autant de raisons de cet échec final. Mais Metternich ne réussira pas davantage lorsqu'il voudra façonner une autre Europe au congrès de Vienne.

  • Le règne de Charlemagne est un moment politique fondateur, qui évoque pour nous la construction des institutions légales de l'Europe chrétienne. Revenant sur cet épisode clé de l'histoire européenne, Jean-Pierre Devroey en tire des réflexions très actuelles : Et si la réinvention carolingienne du pouvoir et le désir de refonder les lois avaient eu affaire avant tout avec la croissance démographique et la menace de la faim ? Et si cette histoire vieille de douze siècles pouvait éclairer le monde d'aujourd'hui ?Des décennies durant, les sociétés européennes eurent en effet à affronter des calamités naturelles meurtrières. Confrontant les textes anciens et les découvertes de l'archéologie à l'immense bibliographie récente sur les dynamiques environnementales, qu'il s'agisse de climatologie, de biologie ou de paléoécologie, Jean-Pierre Devroey parvient à faire revivre la peur de l'effondrement qui hanta les sociétés européennes du haut Moyen Âge, et l'extraordinaire effort créatif qui permit leur résilience. À l'heure où notre société est en proie à l'inquiétude environnementale, il offre une leçon de prudence et d'optimisme.
    Professeur à l'Université libre de Bruxelles et membre de l'Académie royale de Belgique, Jean-Pierre Devroey est un éminent spécialiste des sociétés du haut Moyen Âge.

  • On a cru pouvoir, au XIXe siècle, écarter les "utopies" hors du politique alors que la démocratie représentative élaborait ses règles. Au mieux, elles anticipaient sur un progrès social de toute façon irrésistible. A l'encontre de bien des analyses actuelles toujours inscrites dans le sillage des adversaires des utopistes, Michèle Riot-Sarcey, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Paris VIII, veut montrer combien la lecture de ce mouvement comme force concrète de changement est féconde.
    Dans les années 1830-1840, la pensée des utopistes n'est pas restée dans l'espace clos des débats d'idées. Par sa réception populaire, comme en témoignent les nombreuses lettres reçues par le journal saint-simonien Le Globe, par sa rencontre avec des événements insurrectionnels, telle la révolte des canuts à Lyon, elle fonde un autre modèle de transformation des sociétés, moins violent, moins préoccupé par la captation du pouvoir que celui inauguré par l'ère des révolutions, mais peut-être plus efficace et vraiment démocratique. Ainsi voit-on des anonymes, sans instance pour les représenter, devenir les inventeurs d'une nouvelle organisation du travail, d'une nouvelle répartition de la propriété et des richesses, d'une reconnaissance des droits de chacun.
    Ce réel de l'utopie qui se construit dans l'intervalle du temps présent et des aspirations au changement doit retrouver sa vraie place : celle du politique.

  • Complots politiques, affaires de mœurs, scandales judiciaires…, l’Histoire est un éternel recommencement, un extraordinaire roman vrai, que Stéphane Bern a découvert dès sa plus tendre jeunesse en dévorant les œuvres d’Alexandre Dumas.
    Dans ce livre, il évoque 34 histoires ténébreuses sur lesquelles on s’interroge toujours. De l’affaire des poisons à celle du collier de la Reine, de la malédiction de Toutankhamon aux « rois maudits » en passant par l’assassinat d’Henri IV, l’identité de Kaspar Hauser, l’enfant sauvage, de Dracula ou de Jack l’éventreur, la disparition de Saint-Exupéry, les amours de François Ier, la mort de Descartes ou d’Agnès Sorel, les bâtards de Louis XIV et de Napoléon Ier, les monstruosités des Borgia…, Stéphane Bern nous raconte avec passion et talent ces grandes énigmes du passé où la comédie humaine prend toute sa dimension.

  • Le XIIIe siècle italien est un long siècle mal connu qui, par sa densité historique, ne le cède pourtant en rien aux « gloires » ultérieures de la « Renaissance ». Un formidable mouvement paraît en effet l'animer, plus vif, plus net à mesure que le temps avance. Dante et Giotto sont les figures symboliques de ce grand remuement au rythme duquel une autre Italie surgit. Tout bouge, tout change : les hommes, les paysages, les rues et les places comme les cultures de la colline, les pratiques du politique ou les techniques économiques et artistiques. Élisabeth Crouzet-Pavan s'attache ici à retracer l'histoire de cette capacité de création qui fut peut-être, alors que la violence envahissait implacablement les cités, les déchirait, alors que le sang coulait et que les factions s'affrontaient avec constance et âpreté, un art de continuer à penser la vie sous « le cours du ciel et de la lune ». Une vie entre enfers et paradis. Élisabeth Crouzet-Pavan est professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Paris IV-Sorbonne. Elle est également l'auteur de Venise triomphante. Les horizons d'un mythe (Albin Michel, 1999 et 2004).

  • Le 21 mai 2001 fut publiée au Journal officiel la loi reconnaissant la traite négrière et l'esclavage comme « crimes contre l'humanité ».Françoise Vergès revient sur l'extraordinaire capacité de l'esclavage à s'adapter aux nouvelles technologies comme au progrès social et juridique. Hier, la prédation signifiait razzias, guerres, kidnapping ; aujourd'hui, guerres et enlèvements perdurent comme sources d'asservissement, auxquelles il convient d'ajouter la fabrication par la violence économique de vies vulnérables et fragiles.Il est temps d'étudier les politiques et les économies de prédation non comme des traces de l'arriération, mais comme des formes régulièrement réinventées, tout à fait compatibles avec l'existence de discours humanitaires et une économie du profit.

  • Pourquoi la naissance de Louis XIV a-t-elle consacré le 15 aout comme un jour férié ? Pourquoi une reine de France a-t-elle laissé son nom à la plus célèbre variété de prunes ? Pourquoi Rio de Janeiro a-t-elle été durant 13 ans la capitale du Portugal ? Pourquoi les bordels ont-ils été institués par Saint Louis ? Pourquoi un attentat manqué a-t-il poussé Napoléon au divorce ? Pourquoi l'anesthésie a-t-elle été popularisée par la reine Victoria ? Pourquoi le bikini doit-il son nom à la bombe atomique ? Pourquoi la Grosse Bertha a-t-elle provoqué le premier divorce de Sacha Guitry ?...
    Dans ce nouveau tome des Pourquoi de l'Histoire, Stéphane Bern dévoile avec passion 100 nouveaux mystères aussi étonnants que captivants !

  • Complots politiques, affaires de moeurs, coups de théâtre... Stéphane Bern plonge au coeur de l'Histoire et de ses insondables mystères.Il nous entraîne aujourd'hui au coeur de trente des plus grandes intrigues des siècles passés, sur les pas de héros magnifiques ou déchus. Découvrez l'ombre du roi Soleil ou le visage plus démoniaque d'Isabelle la Catholique, l'opportunisme d'un Talleyrand ou d'un Victor Hugo, le rôle tenu par les femmes du secret comme Roxelane, Marie Leczinska ou Eva Braun, les disparitions troublantes de Gabrielle d'Estrées et d'Alexandre Ier de Russie, en passant par les couloirs du Louvre, de l'Elysée et de la chapelle Sixtine, qui ont tant à révéler...Dans les coulisses du temps, là où se sont jouées les intrigues de palais et les luttes de pouvoir, Stéphane Bern parcourt les âges et pénètre les arcanes les plus obscurs de notre patrimoine culturel, pour faire de la grande Histoire le plus fascinant des romans.

  • Le général carthaginois Hannibal, qui n'hésita pas à traverser la Gaule et les Alpes avec ses mercenaires et ses éléphants afin d'affronter l'ennemi romain sur son propre terrain, fut-il pour autant le plus grand tacticien de l'Histoire ? Lord protecteur d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, Cromwell fut-il un artisan de la liberté ou un tyran régicide ? Comment Thérésa Cabarrus, femme d'esprit tenant un salon d'artistes, devint-elle successivement « Notre-Dame de Thermidor » puis « reine du Directoire » ? Par quel caprice du hasard Désirée Clary, le premier amour de Napoléon qu'il quitta pour épouser Joséphine, finit-elle reine de Suède et de Norvège ?Qu'est-ce qu'un héros ou une héroïne ? Voilà le fil conducteur ces nouveaux Secrets d'Histoire. De Rabelais à la Grande Mademoiselle, de Louis XIV à Victor-Emmanuel II de Savoie, de Marie Curie à de Gaulle, autant de destins exceptionnels, racontés avec passion et érudition par Stéphane Bern, infatigable amoureux de l'Histoire et de ceux qui la font.

empty