Armand Colin

  • Comment et pourquoi Hitler, parti de rien, a-t-il réussi à s'imposer sur la scène politique allemande ? Cet ouvrage d'un grand spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et d'Adolf Hitler, dépeint six années fatidiques durant lesquelles un médiocre soldat opportuniste est devenu un démagogue redoutable et a fondé une idéologie qui allait nourrir le parti nazi et le porter à la tête de l'Allemagne en 1933.
    Ce portrait original et captivant donne à voir la genèse d'un dictateur, au sein d'un monde bouleversé par la Grande Guerre et éclaire d'un jour nouveau ces années durant lesquelles se sont construits la pensée, l'image, l'habileté politique et le pouvoir de Hitler.
    Loin des clichés,  documenté et intelligent, l'ouvrage de Thomas Weber  nous propose de découvrir la tragique métamorphose de celui qui allait bouleverser le monde à jamais. 

  • Avec les découvertes portugaises du XVe  siècle, le monde atlantique devient un creuset où se rencontrent des capitaux, une demande et un imaginaire européens  ; une main-d'oeuvre en Afrique et des ressources à exploiter en Amérique. Cette convergence inédite génère différents phénomènes  : le colonialisme, le développement économique et commercial, mais aussi d'importantes migrations, volontaires ou contraintes, et constitution de nouvelles identités. L'océan Atlantique devient ainsi un espace unique de circulations, d'échanges, d'interactions, pacifiques ou violentes, et donc d'ouvertures, pour le meilleur ou pour le pire, vers des horizons lointains.
    Loin des polémiques et tout à fait inédit, cet ouvrage permet de saisir de manière globale la nature, la diversité et l'ampleur des bouleversements qui affectent le monde atlantique sur quatre siècles, jusqu'aux élans révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle, et comment est née une véritable identité atlantique, faite de confrontations autant que d'échanges et de partage.
     

  • Toute la culture générale, de l'Antiquité au XXIe siècle, en 150 entrées !
    Stoïcisme, art étrusque, orthodoxie, Aristote, architecture baroque, Galilée, migrations, Dante, jansénisme, surréalisme, laïcité, amour courtois, Heidegger, choc des civilisations, Stuart Mill, chiites et sunnites, Vermeer, construction européenne, shintoïsme, pop art, crise pétrolière, Confucius, séries télévisées, Sartre, transhumanisme... n'auront plus de secrets pour vous.
    Un panorama complet de la culture occidentale à travers six domaines : Histoire, Religions, Philosophie, Littérature, Arts, Sciences - et neuf périodes :
    Grèce - Rome et les monothéismes - Moyen Âge - Renaissance et l'époque moderne - XVIIe siècle ou l'âge classique - XVIIIe siècle et les Lumières - XIXe  siècle - XXe  siècle - XXIe siècle.
    Cette 5e éd. propose une actualisation des connaissances sur le XXIe siècle.
    Pour cette nouvelle édition, de nouvelles rubriques viennent compléter toutes les entrées pour apporter plus de dynamisme à la lecture dans une maquette revue pour plus de clarté.

  • Jamais peut-être les sciences se rapportant à l'univers biblique n'auront suscité autant de recherches, de débats et de polémiques, touchant un très large public à travers le monde. L'archéologie, notamment, a fait des progrès considérables, apportant sans cesse de nouveaux éclairages sur le monde et le peuple qui ont produit - et qu'a produit - la Bible. 
    Mais toutes ces perspectives ouvrent de nouvelles réflexions, bien plus larges, sur le sens même du message biblique : qu'en reste-t-il sous les fourches caudines de la Science ? La Bible ne risque-t-elle pas de se figer ou de s'assécher lorsqu'on la coupe trop radicalement de la tradition, pour en faire un simple sujet d'étude ? Au-delà de la Bible, que savons-nous réellement de la civilisation qui l'a fait naître ? Sur quels socles historiques et identitaires les Hébreux se sont-ils constitués en nation ? Comment ont-ils surmonté les défaites militaires et les processus d'acculturation ? 
    Par une vision autant chronologique que thématique, en élargissant le champ aux voisins, partenaires ou ennemis du peuple d'Israël, et en repoussant bien des a priori, cette étude replace cette civilisation dans son temps, en dégageant ce qu'elle a à apporter au nôtre.

  • À la croisée de domaines de recherche variés, l'histoire culturelle est en pleine expansion. S'appuyant sur ce dynamisme, le présent ouvrage a l'ambition de proposer le panorama culturel d'un siècle particulièrement riche, de 1814 à 1914, non sans revenir sur l'oeuvre fondatrice de la Révolution et de l'Empire. Il montre comment la France, d'abord marquée par l'Ancien Régime culturel, entre à la fin du siècle dans la culture de masse et la société des loisirs. L'éventail des thèmes abordés est très large : livre et presse, éducation, spectacles, politiques et institutions culturelles, littérature, Beaux-Arts, religion et histoire des sciences, etc. 
    Ce livre, qui se veut un outil pour les étudiants de licence et de master en histoire et en sciences humaines, entend également aider un public plus large à mesurer l'apport du XIXe siècle à la culture contemporaine. 

  • Ces petites chroniques racontent chacune, à partir d'un objet, d'un événement, d'un personnage, l'histoire du monde. L'auteur, spécialiste de la "géo-histoire", nous fait découvrir son "cabinet de curiosités" qui nous entraîne dans tous les coins du monde et à toutes les époques. Des origines de l'or au chas d'une aiguille, de l'importation de la syphilis en Europe par Christophe Colomb, des pérégrinations barbaresques aux différences entre brousse, jungle et maquis, c'est tout un pan de l'histoire universelle d'une richesse insoupçonnée que nous découvrons ainsi.

  • Entre 1800 et 1871, les relations entre les peuples et les États se transforment sous l'effet des conséquences idéologiques de la Révolution française et de la croissance européenne qui pose les fondements d'un rayonnement mondial.
    Après le tourbillon napoléonien, l'Europe connaît des aménagements politiques fixés par le congrès de Vienne (1814). Confrontées à l'émergence des nationalités, aux unités italienne et allemande, au recul de l'Empire ottoman, les grandes puissances diplomatiques - le Royaume-Uni, la France, la Russie, l'Autriche - élaborent des politiques parfois communes, le plus souvent antagonistes. Elles expriment les profondes rivalités géopolitiques qui les opposent entre elles. En 1871, la carte politique de l'Europe traduit ces déplacements de puissance, fruits des soixante années écoulées.
    Le monde entier est le théâtre de ces affrontements européens. L'ouverture de l'Asie, l'exploration et la colonisation de l'Afrique donnent lieu à des incidents fréquents. En Amérique, l'émancipation des colonies espagnoles et l'affirmation des États-Unis n'empêchent pas l'influence européenne de se faire sentir.

  • Panorama del mundo hispánico : manuel de civilisation Nouv.

    Ce manuel aborde toutes les grandes thématiques espagnoles et hispano-américaines, tout en fournissant des exemples utiles pour la compréhension et le commentaire de documents. En vingt chapitres lisibles séparément, les principaux concepts nécessaires à l'approfondissement du sujet traité sont exposés. La première partie décrit la réalité espagnole par une mise en perspective historique, la seconde évoque de manière transversale les différentes facettes politiques, économiques et sociales de l'Amérique latine. Rédigé en espagnol, chaque chapitre est pourvu d'une synthèse introductive en français, de notes facilitant la compréhension des termes les plus difficiles, ainsi que de questions d'auto-évaluation. En annexes : des cartes, des chronologies politiques, un glossaire de concepts, un lexique des principaux personnages et des statistiques détaillées.

  • La question des bibliothèques, comme plus largement celle de l'information, alors que nous sommes plongés dans la « troisième révolution du livre », est bien l'une des interrogations de civilisation essentielles posées en notre début de IIIe millénaire.
    De l'Antiquité classique aux bibliothèques des grands monastères carolingiens, puis à la bibliothèque des rois de France, à celle de Mathias Corvin, à la Bibliothèque vaticane et aux monumentales collections italiennes et allemandes, cette histoire met en jeu des perspectives d'ordre intellectuel et scientifique, mais aussi politique : la bibliothèque est signe de distinction pour un prince qui sera autant le prince des muses que le prince des armes.
    L'histoire des bibliothèques est directement articulée avec l'histoire de la pensée, des idées, de la politique, de l'information, voire de l'architecture et de l'urbanisme. En adoptant un cadre chronologique large et en insistant sur la perspective comparatiste, l'auteur envisage la thématique en fonction des transformations du système général des médias au cours des siècles.

  • Alors que la question de l'enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l'histoire de l'enseignement de la maternelle à l'université, de l'époque napoléonienne jusqu'à nos jours.
    Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d'activité enseignante.
    L'ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales.
    Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l'enseignement en France.
     

  • L'histoire du Maghreb n'est plus abordée que sous l'angle colonial, à partir de sources françaises, sans référence aux langues et aux cultures locales. L'objectif de ce livre est de  proposer  enfin aux enseignants et aux étudiants des documents inédits ou oubliés.
    Ce recueil riche et didactique rend compte de la grande diversité des sources et  regroupe une centaine de textes qui portent sur l'histoire des quatre pays du Maghreb (Algérie, Libye, Maroc et Tunisie) du XVIIIe  siècle aux Printemps arabes (2010-2011). Chaque texte est précédé d'un chapeau introductif qui présente l'auteur, la nature de la source et le contexte précis et est suivi d'une sélection bibliographique.
     

  • De l'Antiquité à aujourd'hui, le livre a toujours accompagné  les sociétés humaines.  Cette histoire du livre et de l'écrit, s'inscrivant dans une histoire des cultures, touche aux domaines de l'histoire littéraire, mais aussi économique, technique, sociale, politique et culturelle.  Désormais classique, cet ouvrage  est  une introduction indispensable à l'histoire du livre en Occident  et un bilan sur un domaine d'étude  aux  méthodes et aux approches profondément renouvelées.
    Prenant en compte les révolutions technologiques, il offre également des clés pour analyser et mieux comprendre les nouveaux médias et interroger la place du livre dans notre monde actuel.

  • Comment élaborer et rédiger une dissertation d'histoire ?
    Les étudiants sont souvent à la recherche de conseils et d'orientations : comment lire et comprendre un libellé de sujet, poser une problématique, choisir et bâtir un plan, rédiger... en résumé, maîtriser les divers types de dissertation ? Que lire et où se documenter ?
    Cet ouvrage propose une démarche claire et progressive pour les guider dans cette mise en oeuvre délicate. Il comporte plus de cent exemples de sujets, vingt plans et quatre devoirs entièrement rédigés, concernant les grandes périodes de l'histoire : Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes et époque contemporaine. Il ne s'agit pas de modèles, mais d'une palette d'exercices qui doivent permettre de connaître les démarches intellectuelles et les méthodes de composition indispensables.
    Ce livre est destiné en premier lieu aux étudiants de L1 et des classes préparatoires aux Grandes Écoles, mais il pourra également se révéler profitable à ceux qui préparent le CAPES, voire l'agrégation d'histoire.

  • De la fin de l'Antiquité jusqu'à la Renaissance, ce manuel présente l'histoire de la culture littéraire et théologique, de la pensée juridique, savante et philosophique, de la chronologie et de la géographie de la culture, mais aussi de sa diffusion, entre autres à travers les universités et les écoles.

  • Le mythique Saint-Empire romain, fondé par Otton Ier au Xe siècle,  est dissous huit siècles plus tard, en 1806. Cet ouvrage propose une synthèse inédite sur la période moderne de l'Empire, du XVIe au XVIIIe siècle.Création féodale, cette réunion d'Etats chrétiens peu à peu centrée sur l'Allemagne, la Prusse et l'Autriche connaît pendant la période des bouleversements radicaux qui mettent à mal l'unité de cet Empire sans capitale fixe ni armées et exécutif communs.L'introduction et la pérennisation des Réformes protestantes du XVIe siècle ont renforcé le morcellement politique de l'Empire, chaque prince tentant d'imposer son pouvoir sur son territoire. Malgré cette évolution,  le Saint Empire a été non seulement une couronne et un espace de culture et de communication, mais aussi un espace de paix et de guerres, négociées notamment dans les deux grands tribunaux d'Empire, le Tribunal de la Chambre impériale et le Conseil aulique d'Empire.
    L'ouvrage décrit les institutions du Saint-Empire qui ont façonné  une culture politique, juridique, religieuse et intellectuelle qui finit par être identifiée à l'Allemagne, et comment les contemporains, sans cesse, se définirent face à elle en infléchissant ses organes et ses traditions.

  • Ce manuel d'archéologie, unique,  est un "tout en un" à l'usage de l'étudiant, et du professionnel en archéologie. Après les rappels qui s'imposent sur l'histoire de la discipline et les grandes conceptions et écoles qui ont assuré son développement, l'auteur présente les tenants et aboutissants de l'archéologie de terrain (les "fouilles", la conservation des sites, etc.) puis ceux du travail en laboratoire (nettoyage et conservation des momies, etc.). une dernière partie met en valeur la contribution, spécifique et substantielle, de l'archéologie à la connaissance des sociétés disparues.
    Ces propositions de formalisation, de méthodes et de techniques permettront à l'archéologue d'aborder de la meilleure façon le travail sur le terrain comme en laboratoire. 
    Ce manuel se veut enfin un ouvrage de référence, à portée de main, pour l'étudiant comme pour le professionnel de l'archéologie programmée ou de l'archéologie préventive. 
     

  • Si elle est le fait de courants radicaux qui pervertissent les sources islamiques, la violence qui s'exerce au nom de l'islam, et dont les musulmans sont eux-mêmes les premières victimes, se loge au coeur de la relation entre le religieux et le politique. Pour éclairer la crise qui agite l'univers contemporain de l'islam, une analyse en profondeur des fondements du pouvoir politique, lequel s'est posé, dès les origines, de manière tragique, s'avère nécessaire. Menant une véritable enquête qui convoque les sources, l'histoire, la science politique, la sociologie et la théologie, l'auteur dénoue le fil de la contradiction qui fonde l'utopie de l'islam. En isolant les principales références qui ont inspiré et continuent d'inspirer les mouvements de contestation politico-religieux, elle dévoile au fil des pages, la thèse inédite qu'elle défend : toutes les entreprises menées pour corriger le monde conformément à l'idéal islamique n'ont conduit qu'à détruire l'Etat et l'espace du politique. Voilà qui pulvérise l'idée que l'islam est une religion politique.

  • Cet ouvrage se propose d'aborder, sous ses différentes facettes, une pratique essentielle dans la recherche en sciences humaines et sociales  : le travail sur archives.
    Il vise à former aussi bien les étudiants en histoire à cette technique d'enquête privilégiée dans leur discipline qu'à la faire connaître aux étudiants mais aussi aux enseignants-chercheurs des autres domaines et à les sensibiliser aux enjeux et aux atouts de cette méthode de recherche.
    Les lecteurs trouveront des renseignements sur les centres et les services d'archives et des conseils pratiques sur la consultation et l'analyse des archives. En présentant les nombreux types de documents (imprimés ou manuscrits, privés, officiels, journalistiques, iconographiques, numériques...), les auteurs souhaitent proposer ici un outil de travail complet et efficace.
    />  

  • Entre 2004 et 2006, nous avons fait paraître six ouvrages (dont un en deux tomes) réunissant les grands discours parlementaires depuis la création du Parlement, à savoir : Révolution, XIXe siècle, IIIe République, IVe Répubilque et Ve République. L'initiateur de cette série était Jean-Louis Debré, alors président de l'Assemblée nationale. La direction des ouvrages a été confiée à Jean Garrigues (auteur des Grands discours de la IIIe et de la Ve République) et la supervision à Bruno Fuligni, à l'époque directeur de la communication de l'AN.
    Cet ouvrage réunit les discours les plus importants de toutes les époques en un seul volume. La préface serait rédigée par le nouveau président de l'Assemblée et un petit mot ajouté par l'initiateur du projet Jean-Louis Debré.

  • La Seconde Guerre mondiale a-t-elle été tout entière en germe dans la façon dont s'est déroulée et conclue la première ? Y a-t-il eu un enchaînement irréversible des faits ayant produit Hitler et Staline et qui relient, sans changement possible, la « paix dictée » de Versailles et l'affrontement entre les démocraties et les totalitarismes ?
    Si l'histoire n'est pas déterminée par la manière dont a été mis en place en 1919 le nouvel ordre international, ceux qui ont installé le système ont pu générer en même temps la possibilité de le détruire, et avoir une responsabilité dans le déroulement des faits aboutissant aux agressions hitlériennes de 1938-1939. Ce problème du rapport entre l'enchaînement causal des faits et leur contingence est au centre de ce livre consacré aux relations internationales de l'entredeux- guerres, une période ponctuée d'événements dramatiques et qui s'achève par un conflit qui deviendra planétaire.

  • Forgé et développé dès l'entre-deux-guerres, le concept de totalitarisme a servi à qualifier les régimes politiques inédits qui, en Russie, en Italie puis en Allemagne, ont allié système de parti unique, idéologie globalisante et terreur. Utilisé de façon polémique au temps de la guerre froide, il reste toujours controversé pour certains historiens qui critiquent son caractère réducteur et par trop descriptif. Il apparaît pourtant difficile à remplacer comme instrument d'intelligibilité du tragique XXe siècle.
    Établissant la généalogie du concept, l'ouvrage montre le poids des circonstances dans son élaboration progressive et précise les perspectives méthodologiques de son utilisation. Il étudie ensuite les conditions de possibilité historique du phénomène totalitaire en passant en revue ses ressorts intellectuels, sociaux et politiques. Il décrit enfin des totalitarismes réels à partir des pratiques, tout à la fois différenciées et convergentes, de l'Italie fasciste, de l'Allemagne nazie et de l'URSS stalinienne.
    Cette édition revue et augmentée d'un ouvrage devenu un « classique » sur le sujet rend compte des débats historiographiques les plus vifs et les plus récents.

  • Cet ouvrage propose la première synthèse documentée et largement accessible sur la vie dans l'Europe de la préhistoire. La période considérée, qui s'étale de 40 000 à 10 000 avant notre ère, est marquée par la rencontre entre Néandertaliens et Cro Magnons. Bien des mutations s'ensuivent. Mais on n'est plus dans l'ordre de la seule évolution biologique. Ce sont de véritables cultures et civilisations qui s'enchaînent. L'étude poussée des données matérielles disponibles permet désormais de leur conférer une histoire réelle. Cet ouvrage retrace l'évolution des compétences techniques, des gestes sociaux, des rituels religieux et surtout, des aspects esthétiques des peuples chasseurs aux agriculteurs sédentaires, avec à chaque fois un "esprit" différent. Les fresques de Lascaux ou la Grotte Chauvet en sont de fabuleux témoignages.

  • De Sedan à Bagdad, les divers pacifismes français font l'objet de ce livre dans la mesure où ils signalent une position circonstanciée de refus de la guerre. Les attitudes d'hostilité à la participation aux conflits furent tributaires de la mutation de deux éléments conditionnant également les choix bellicistes : le nationalisme - attentif tout autant à la décadence qu'à la menace externe - et la révolution sociale - y compris sous sa version soviétisée -, deux passions entretenant avec le pacifisme une concurrente et tumultueuse liaison. La chute du Mur et la « dérive des continents » enregistrée entre Vieux Monde et Amérique n'ont, que partiellement altéré cette relation triangulaire.
    Le choc du 11 septembre 2001 n'a pas davantage gommé les liens tissés par les idéaux de réduction de la violence avec la démocratie et les Droits de l'homme. Mais les passions démocratiques ne jouent pas de façon univoque sur la perception du danger de guerre. Ressort majeur de mobilisation, la peur elle-même est un oracle malaisément décryptable : elle peut aussi bien nourrir l'interventionnisme que la tentation du repli. Pourquoi mourir pour Strasbourg, Danzig ou Pristina et non à Grosny, Kigali ou Falloudja ? Dans tous les cas, les pacifistes savent, tout comme les partisans d'un engagement militaire, mobiliser les « valeurs » plutôt qu'évoquer les intérêts.Yves Santamaria est agrégé d'Histoire-Géographie, docteur en Histoire et en Sociologie. Maître de conférences à l'IUFM des Pays de Loire et à l'IEP de Paris, il est notamment l'auteur de L'Enfant du malheur. Le PCF dans la « Lutte pour la paix », Seli Arslan, 2002.La paix dictée. 1889-1914 : le crépuscule des dieux. 1914-1918 : la paix, le droit, la force. 1918-1933 : la paix inquiète. 1933-1939 : dépression et rémission. 1939-1947 : une drôle de guerre prolongée. 1947-1962 : une paix belliqueuse. 1962-1974 : la guerre par procuration. 1975-1989 : la fille aînée de l'Alliance ? 1989-2004 : vieille Europe, nouvelles menaces.

  • L'histoire des femmes suscite depuis quelques décennies l'intérêt des chercheurs et la curiosité du public. Portée par l'élan des années 1970, prolongée ensuite par des travaux plus méthodiques, c'est désormais un champ de recherche reconnu et prometteur.L'étude des femmes dans l'Antiquité classique présente des contraintes particulières : la modestie des témoignages et l'origine essentiellement masculine des sources disponibles sont des obstacles à surmonter.Cet ouvrage propose d'offrir des éclaircissements sur quelques questions majeures. Quelles sont les normes et les pratiques d'intégration des filles dans les cités ? Quels sont les attendus et les implications concrètes d'un mariage en termes de rapports conjugaux ou de sexualité ? Dans quels domaines les femmes exercent-elles leurs activités laborieuses ? Comment définir leurs relations à la vie publique, politique ou religieuse ?Autant de thèmes abordés dans ce livre qui met l'accent sur les distinctions sociales et juridiques, sur les disparités régionales et s'appuie sur une bibliographie française et anglo-saxonne récente.Nadine BERNARD est maître de conférences à l'Université de Rouen. Elle est l'auteur de À l'épreuve de la guerre. Guerre et société dans le monde grec, Seli Arslan, 2000.
    La femme dans l'histoire. Women's Studies, Gender History : de nouvelles perspectives. L'histoire des femmes en France. Les sources : faits, fiction et fantaisie. Les sources littéraires. Les sources épigraphiques. Les sources iconographiques. La quête du sujet. Les filles : reconnaissance et intégration. La question de l'exposition. La reconnaissance des filles. Les jeux de l'enfance. L'éducation féminine. Les rituels de sortie de l'enfance. Les services religieux des filles. Les filles, un luxe inutile. Les liens du mariage. Préludes d'une union. Aspects juridiques et rituels du mariage. Les obligations des époux. L'horizon domestique. Les relations conjugales. L'usage des corps. La procréation. Devenir mère. Au service des plaisirs. Le travail au féminin. La distribution des tâches : idéal et réalité. Les travaux et les soins de l'intérieur. Les autres formes du travail féminin. Capacités et initiatives économiques. Droit de cité et rôles publics. Femmes et citoyenneté. L'intervention des femmes dans la vie religieuse. Les limites de la participation. La place des femmes dans les célébrations communes. Conclusion.

empty