• Une vie

    Simone Veil

    • Librairie generale francaise
    • 26 Août 2009

    Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps. Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Zemmour contre l'histoire

    Collectif

    • Gallimard
    • 3 Février 2022

    «Faire mentir le passé pour mieux faire haïr au présent... et ainsi inventer un futur détestable.»Éric Zemmour aime à se faire passer pour un intellectuel et l'histoire occupe une place à part dans la construction de sa figure publique. Conscient de la force de frappe idéologique de l'histoire et de son attrait auprès du public, il se targue d'un savoir sur le passé qui lui donnerait une compréhension intime et profonde des dynamiques à l'oeuvre aujourd'hui.Mais Éric Zemmour ne fait que déformer l'histoire pour la mettre au service de ses visions idéologiques. Aux travaux des historiennes et historiens, il prétend opposer un «roman national» idéalisant les gloires passées de la nation. De la première croisade à l'assassinat de Maurice Audin, de Clovis aux mutinés de 1917, de saint Louis au maréchal Pétain, cette histoire déborde d'erreurs, d'interprétations tendancieuses, voire de mensonges grossiers. Ignorant les sources et méprisant la recherche savante, le polémiste asservit l'histoire au profit d'un discours agressif, raciste et complotiste.Face à cette offensive, un collectif d'historiennes et d'historiens a décidé de répondre en corrigeant, point par point, les plus flagrantes et les plus dangereuses erreurs historiques d'Éric Zemmour.Textes écrits par un collectif d'historiennes et d'historiens rassemblant:Alya Aglan - Florian Besson - Jean-Luc Chappey - Vincent Denis - Jérémie Foa - Claude Gauvard - Laurent Joly - Guillaume Lancereau - Mathilde Larrère - André Loez - Gérard Noiriel - Nicolas Offenstadt - Philippe Oriol - Catherine Rideau-Kikuchi - Virginie Sansico - Sylvie Bénault.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Dix ans après Sarko m'a tuer. Cinq ans après « Un président ne devrait pas dire ça... ». Voici le nouveau livre politique de Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

    De nouveau, les deux enquêteurs plongent au coeur du pouvoir, multiplient les révélations, exhument les scènes secrètes pour mieux éclairer la face cachée de l'exécutif. Après Sarkozy et Hollande, ils ont enquêté sur Emmanuel Macron. Plus de cent dix témoins de premier plan parlent, à visage découvert, crûment. Ils confient aussi leurs documents.

    Les auteurs racontent le pouvoir solitaire d'un homme suprêmement habile, éperdu de lui-même. Ils révèlent les dessous de la conquête de l'Élysée, puis l'exercice de la toute-puissance, et la vaine quête d'une idéologie.
    La trahison a enfanté le néant.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Au coeur du Z : un journaliste a inflitré la campagne d'Eric Zemmour

    Vincent Bresson

    • Goutte d'or editions
    • 17 Février 2022

    Septembre 2021. Éric Zemmour passe de 7 à 15% d'intentions de vote dans les sondages et devient de facto un candidat majeur de l'élection présidentielle française. Vincent Bresson, journaliste indépendant, cherche à comprendre la dynamique autour de l'ancien éditorialiste et polémiste d'extrême droite, condamné deux fois pour "provocation à la haine raciale» et surnommé le «Z» par ses aficionados. Le reporter change de nom et infiltre «Génération Z», mouvement des jeunes militants zemmouriens.

    Très vite, Vincent Bresson constate les propos racistes de certains militants et de deux membres de l'état-major, se retrouve seul la nuit à garder le QG de campagne du candidat, intègre une cellule fantôme baptisée «WikiZédia» dont la mission consiste à «zemmouriser» Wikipédia et découvre de multiples manoeuvres souterraines orchestrées directement par Samuel Lafont, directeur de la stratégie numérique d'Éric Zemmour.

    «Au coeur du Z» est un voyage en zemmourie, une plongée sans tabou dans une campagne devenue pour certains une croisade.

  • L'avenir en commun : le programme de l'union populaire

    Jean-Luc Mélenchon

    • Seuil
    • 18 Novembre 2021

    Plus qu'une liste de mesures, l'Avenir en commun porte une vision du monde cohérente pour le futur. Il s'articule autour de 5 grands enjeux qui couvrent l'intégralité des défis auxquels nous devons faire face : vivre libres et citoyens, s'adapter au système de la nature, unir pour bien vivre, humaniser les personnes et la société, et enfin, ordonner le monde.
    C'est un programme «prêt à l'emploi» : 14 chapitres y détaillent les propositions que Jean-Luc Mélenchon et son équipe mettront en oeuvre après l'élection présidentielle de 2022.

    De la refondation du peuple par l'Assemblée constituante au développement de l'économie de la mer, en passant par la garantie d'emploi, les propositions du candidat de l'Union populaire sont soutenues par une majorité de Français. Ce livre vise à convaincre cette majorité de Français de choisir le bulletin de vote Jean-Luc Mélenchon afin de construire une société d'entraide ayant pour but l'harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Voilà un livre de combat contre l'obscurantisme. Contre la bêtise de l'époque, contre les préjugés aussi !

    Le ton insolent de Franz-Olivier Giesbert nous fait mesurer à quel point nous nous sommes habitués à la langue de bois qui nous entoure. C'est le journalisme à la française dans ce qu'il a de meilleur.

    Ces chroniques forment un bloc cohérent, une véritable machine de guerre que l'auteur dirige contre ses cibles favorites.

    Même le Président, traité avec sympathie au début du règne en a depuis pris pour son grade : velléitaire, inconséquent parfois, le prodige du nouveau monde sort esquinté du livre mais... toujours favori ! Mais l'auteur arrose large, d'Hidalgo à Hollande, de Jadot à Plenel -entre autres-, ses victimes tombent comme des mouches.

    D'une façon générale, tous ceux qui ne comprennent pas que la France est dans une situation périlleuse, toutes ces élites qui trop souvent se servent au lieu de servir, s'exposent à la férocité de l'auteur, qui traite de la même façon les puissants et les autres.

    De l'été 2017 à l'automne 2021, on retrouve ces incapables qui aspirent aujourd'hui aux plus hautes fonctions. Et on se régale !

    Un drôle de voyage en politique. Et un pur moment de plaisir.

  • La langue de Zemmour

    Cécile Alduy

    • Seuil
    • 18 Février 2022

    En stock

    Ajouter au panier
  • La gauche réfractaire

    ,

    • Bouquins
    • 17 Mars 2022

    Éric Naulleau et Michel Onfray sont deux hommes de gauche qu'une prétendue gauche n'aime pas. Ils ne souscrivent ni au marché qui fait la loi ni au fouet qui s'y substituerait.
    Ils ne pensent pas que la gauche ait pour fonction de diluer la Nation dans une Europe libérale travaillant à l'Empire, ni que le wokisme, la cancel culture, l'islamo-gauchisme, la location d'utérus et la vente d'enfants constituent l'horizon indépassable de la gauche contemporaine.
    L'un et l'autre ne font leur deuil ni du peuple old school, ni de l'École républicaine, ni du régalien, ni du service public, ni de l'intérêt général, ni des humanités, ni de la culture classique.
    Leur échange exerce un droit d'inventaire pour ranimer un héritage dont Proudhon et Jaurès n'auraient pas à rougir. Un quelque chose qui se nomme socialisme et qui n'a rien à voir avec le marxisme.

  • Indignez-vous !

    Stéphane Hessel

    • Indigene
    • 7 Décembre 2011

    Le livre : Pour Stéphane Hessel, le " motif de base de la Résistance, c'était l'indignation. " Certes, les raisons de s'indigner dans le monde complexe d'aujourd'hui peuvent paraître moins nettes qu'au temps du nazisme. Mais " cherchez et vous trouverez " : l'écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l'état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, aux Roms, la course au " toujours plus ", à la compétition, la dictature des marchés financiers, jusqu'aux acquis bradés de la Résistance - retraites, Sécurité sociale. Pour être efficace, il faut, comme hier, agir en réseau : Attac, Amnesty, la Fédération internationale des Droits de l'homme. en sont la démonstration. Alors, on peut croire Stéphane Hessel, et lui emboîter le pas, lorsqu'il appelle à une " insurrection pacifique ".

    En stock

    Ajouter au panier
  • Macron, pourquoi tant de haine ?

    ,

    • Albin michel
    • 12 Janvier 2022

    C'est une histoire singulière, ambigüe, complexe : celle des relations entre le président Macron et les Français.
    Une histoire de passions et parfois de haine, qui va bien au-delà de ce qu'on a connu. Une affaire psychanalytique, presque personnelle, entre eux.
    Au-delà des protestations, la violence a surgi avec une intensité croissante, semant parfois le chaos dans le quinquennat.
    A chaque fois, Emmanuel Macron a été déclaré « perdu ». A chaque fois, il s'en est relevé.
    Mais comment expliquer ces réactions névrotiques que provoque l'homme qui voulait apaiser la France ?
    Sur un ton très personnel, comme ils le font depuis qu'ils décryptent la vie politique, les auteurs ont recueilli les confidences des principaux acteurs du pouvoir. Et ils ont eu accès, rare privilège, au Président lui-même, qui a accepté de s'expliquer.
    Entre récit et enquête, un livre écrit avec une rare liberté de ton sur un règne qui reste bien mystérieux.

  • La présidentielle, moment paroxystique de la vie politique française, mérite un traitement éditorial particulier. En lançant une revue éphémère, les Éditions Robert Laffont créent l'actualité en quatre actes. Portraits, récits, enquêtes, illustrations... 192 pages pour raconter les arcanes de la campagne.

    Parmi les articles de ce troisième acte :
    « Qu'est-ce que le macronsime ? » par Sylvain fort ;
    « De père en fils. » par Alexis Jenni ;
    « Philippe de Villiers, le royaliste qui se rêvait faiseur de président. » par François-Xavier Ménage ;
    « Marseille, petits arrangements entre amis. » par Philippe Pujol ;
    « A l'épreuve du réel. » par Raphaël Llorca ;
    « Jean-Michel Fauvergue, l'invisible M. Sécurité du président. » par Jacques Follorou ;
    « L'art de la meute. » par Iban Raïs ;
    « Ombres chinoises. » par Timothée de Rauglaudre ;
    « Quotidien, je t'aime, moi non plus. » par Alexandre Duyck ;
    « L'après Mélenchon a déjà commencé. » par David Rousset ;
    « Le spleen des spin doctors. » par Jean-François Achilli et Chloé Morin ;
    « La revanche des journalistes réacs. » par Frédéric Says ;
    « Alice Coffin, mi-élue, mi-litante. » par Marylou Magal ;
    ...et bien d'autres récits de Patricia de Sagazan, Héloïse de Neuville, Johann Chapoutot, Yann Diener, Jean-Charles Chapuzet, François Beaune, Alexandra Profizi, Lucas Jakubowicz, Brendan Kemmet, Michaël Moreau, Bérengère Bonte, Paul Deutschmann, Clément Fayol, François Salaün, Julien Chabrout et Clément Osé.

    Leurs reportages, leurs enquêtes, les analyses qu'ils livrent ou les portraits qu'ils dressent sont autant d'outils pour prendre du recul et décrypter l'actualité.

  • Emmanuel le hardi

    Alain Duhamel

    • Points
    • 11 Mars 2022

    Une analyse du phénomène Macron clairvoyante et éclairante.

    «?Jadis, les rois de France étaient souvent affublés d'un surnom. Pour le président Macron, Emmanuel le Hardi semble le plus appro­prié. On aurait pu envisager aussi bien un Emmanuel le Téméraire, tant son exercice du pouvoir se déroule sous le signe du risque perpétuel et des tensions permanentes. Mais qualifier le jeune président de «?hardi?» semble plus juste. Avec son courage et son énergie. Avec ses fautes et ses bourdes. Déterminé à réformer, donc en sursis perpétuel. Hardi?».

    Alain Duhamel

  • Le ministère des bras cassés

    Marc Payet

    • Albin michel
    • 2 Février 2022

    Face à la crise du Covid, l'organisation du ministère de la Santé s'est révélée inefficace. Les ordres et les contre-ordres, les fausses prévisions, les ratés en tout genre se sont succédés.


    Ce livre remonte dans le temps pour nous permettre de mieux comprendre les raisons du désastre. De nombreux témoignages, recueillis auprès de personnels en poste dans l'administration, mais aussi d'élus et de médecins, permettent de mettre en évidence les limites de la bureaucratie sanitaire à la française, et de répondre aux questions légitimes que tout le monde se pose :

    Qui était le « vrai » ministre de la Santé pendant cette crise ? Le professeur Salomon, désormais connu de la France entière, a-t-il truqué une enquête officielle ? Le Président a-t-il été manipulé par un groupe d'infectiologues ? Pourquoi le ministère de la Santé a-t-il refusé d'écouter les élus locaux ? Existe-t-il réellement un « État profond » de grands médecins et de gestionnaires qui n'en font qu'à leur tête ? etc.

    Une enquête passionnante. Un constat accablant, mais formulé dans un style nuancé.

  • « Les Français ne savent pas qui je suis. » Emmanuel Macron se plaint souvent de ne pas être compris. Ce livre est une enquête critique au coeur de la personnalité et du parcours d'un président qui s'est construit sur la transgression personnelle, familiale et politique. Il fascine, mais on l'admire plus qu'on ne l'aime. On le hait plus qu'on ne le déteste.

    Deux crises exceptionnelles, les gilets jaunes, puis la Covid-19, bouleversent son quinquennat, en révèlent les manques et en même temps lui offrent une scène où peut s'épanouir sa nature théâtrale. La normalité n'existe pas dans ce métier où une bonne dose d'ego est indispensable. À la condition de l'efficacité pour le pays.

    À la fois récit de l'intérieur, biographie, portrait, ce livre raconte le président. Fait inédit, la plupart des protagonistes de cette histoire romanesque mais vraie ont accepté de livrer leur témoignage : Emmanuel Macron, Brigitte Macron, leurs proches, le premier cercle du pouvoir, et tous ceux qui ont croisé ce président a-normal. Séduits ou déçus.

  • Emmanuel Macron est connu. Sa personne, son action ont déjà suscité des dizaines de documentaires, une quarantaine de livres, des milliers de commentaires. Après un quinquennat, tout le monde a un avis sur lui - les uns l'aiment quand les autres le détestent.
    Laurence Benhamou, elle, ne commente pas. Elle observe le président au quotidien. Ne rate aucun de ses faits et gestes. Elle est l'une des deux journalistes de l'Agence France-Presse (l'AFP) accrédités à l'Élysée et, depuis le 7 mai 2017, suit Emmanuel Macron partout. À chaque moment. La crise des Gilets jaunes ? Elle est en première ligne. L'affaire Benalla ? Elle est dans les coulisses. La pandémie ? Elle est témoin de la valse-hésitation d'un exécutif aux abois. De la scène officielle aux arrière-scènes et aux messes basses, elle note tout. Les grands moments comme les petites phrases. Les rivalités comme les complicités. Pour ne rien laisser passer de l'histoire qui s'écrit.
    La richesse de sa chronique est inédite : jour après jour aux côtés d'un président imprévisible, elle ne travaille ni pour lui ni pour ses équipes, qu'elle connaît et côtoie. Au point de décrocher un rare entretien avec Brigitte Macron. L'objectivité de Laurence Benhamou est sa fierté. Son impressionnante mise en perspective se lit comme une série aux multiples rebondissements.

  • La question essentielle, pour la compréhension de l'état du monde contemporain, est celle de l'inégale répartition des richesses entre les sociétés : pourquoi une telle domination de l'Eurasie dans l'histoire ? Pourquoi ne sont-ce pas les indigènes d'Amérique, les Africains et les aborigènes australiens qui ont décimé, asservi et exterminé les Européens et les Asiatiques ?
    Cette question cruciale, les historiens ont renoncé depuis longtemps à y répondre, s'en tenant aux seules causes prochaines des guerres de conquête et de l'expansion du monde industrialisé. Mais les causes lointaines, un certain usage de la biologie prétend aujourd'hui les expliquer par l'inégalité supposée du capital génétique au sein de l'humanité.
    Or l'inégalité entre les sociétés est liée aux différences de milieux, pas aux différences génétiques. Jared Diamond le démontre dans cette fresque éblouissante de l'histoire de l'humanité depuis 13 000 ans. Mobilisant des disciplines aussi diverses que la génétique, la biologie moléculaire, l'écologie des comportements, l'épidémiologie, la linguistique, l'archéologie et l'histoire des technologies, il marque notamment le rôle de la production alimentaire, l'évolution des germes caractéristiques des populations humaines denses, favorisées par la révolution agricole, le rôle de la géographie dans la diffusion contrastée de l'écriture et de la technologie, selon la latitude en Eurasie, mais la longitude aux Amériques et en Afrique.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'homme qui n'avait pas d'amis

    Françoise Degois

    • Plon
    • 10 Mars 2022

    Arrogant, volontaire, narcissique, autoritaire, brillant : l'opinion, interrogée régulièrement, évoque avec une constance d'horloge suisse tous ces adjectifs pour évoquer Emmanuel Macron, depuis son élection en forme de holdup, une élection « par effraction » selon ses propres mots. Un président jeune, déterminé, qui voulait réparer les fractures françaises. Cinq ans après, les fractures n'ont jamais semblé plus profondes et il semble loin, le temps où la majorité des Français lui faisaient crédit en raison de son jeune âge, de son verbe sophistiqué et de ses paroles tantôt caressantes, tantôt cinglantes. L'un de ses conseillers les plus proches, Ismaël Emelien, lui avait d'ailleurs soufflé à l'oreille, au début de son mandat : « Tu dois alterner une caresse et une gifle. » Truc de communiquant ou correspondance parfaite avec une personnalité ambiguë, souvent tortueuse, voire manipulatrice dont on ne sait finalement pas grand-chose ? A quelques mois de l'élection présidentielle, Françoise Degois dresse le portrait d'un homme qui se métamorphose au gré de ses interlocuteurs, demeure incroyablement secret, fermé aux autres malgré l'apparente courtoisie et la volubilité qui caractérisent ses longues prises de parole politiques ou médiatiques. Un homme solitaire, construit autour de sa relation avec son épouse Brigitte, qui s'est beaucoup trompé dans sa façon de s'adresser aux citoyens, qui décide seul, dans un désert de confiance et d'amitiés comme peut aussi en produire les longues épopées politiques. Un homme qui n'avait pas d'amis.

  • La question de voter ou non ne porte aucun enjeu. Je suis un absentionniste non-prosélyte. Je ne fustigerai pas un votant, pas plus que je ne tiendrai un non-votant pour un camarade. Le vote ne devient un sujet que si les votants en font un sujet. C'est souvent le cas. Nombre de votants aspergent de sermons les non-votants, taxés d'incivisme, d'irresponsabilité, d'immaturité, d'individualisme. Les non-votants manquent à leur devoir de citoyens. Ils galvaudent la souveraineté politique qui leur a été gracieusement offerte par la démocratie. C'est ici qu'on est soudain tenté d'entrer dans le débat. De montrer aux électeurs ce qu'ils font quand ils élisent. D'observer qu'alors ils font tout sauf de la politique.

  • Zemmour et nous

    ,

    • Bouquins
    • 24 Février 2022

    Le candidat de l'extrême droite a grandi dans des écoles juives et fréquenté les synagogues.
    Pour devenir « le premier des français », cet homme disqualifie les valeurs dont il a pourtant hérité.
    Pourquoi tant de contrefaçons et d'atteintes à cette part de filiation dont il se réclame ? Peut-on être à la fois juif et défendre le maréchal Pétain, mettre en doute l'innocence de Dreyfus et attaquer le choix du lieu de sépulture des victimes d'un attentat antisémite ?
    Pour mieux comprendre, les auteurs livrent le récit d'un itinéraire idéologique pour le moins déroutant. Ils ont découvert des clefs de compréhension dans ses romans, ses essais et son histoire.
    C'est pourquoi ce livre existe.

  • La tentation d'un pouvoir autoritaire dans la France de 2019 trouve ses racines dans le projet économique du candidat Macron.
    Depuis des décennies, la pensée néolibérale mène une guerre larvée contre le modèle social français de l'après-guerre. La résistance d'une population refusant des politiques en faveur du capital a abouti à un modèle mixte, intégrant des éléments néolibéraux plus modérés qu'ailleurs, et au maintien de plus en plus précaire d'un compromis social. À partir de la crise de 2008, l'offensive néolibérale s'est radicalisée, dans un rejet complet de tout équilibre.
    Emmanuel Macron apparaît alors comme l'homme de la revanche d'un capitalisme français qui jadis a combattu et vaincu le travail, avec l'appui de l'État, mais qui a dû accepter la médiation publique pour « civiliser » la lutte de classes. Arrivé au pouvoir sans disposer d'une adhésion majoritaire à un programme qui renverse cet équilibre historique, le Président fait face à des oppositions hétéroclites mais qui toutes rejettent son projet néolibéral, largement à contretemps des enjeux de l'époque. Le pouvoir n'a ainsi d'autre solution que de durcir la démocratie par un excès d'autorité. Selon une méthode classique du néolibéralisme : de l'épuisement de la société doit provenir son obéissance.

    En stock

    Ajouter au panier
  • La présidentielle, moment paroxystique de la vie politique française, mérite un traitement éditorial particulier.
    En lançant une revue éphémère, les Éditions Robert Laffont créent l'actualité.
    Portraits, récits, enquêtes... 216 pages pour raconter les arcanes de la campagne.

    Parmi les articles de ce deuxième acte :
    Houellebecq, prophète en son pays par Vincent Trémolet de Villers ;
    Vues d'Alger par Boualem Sansal ;
    Mélenchon et la colère des dieux par Charles Sapin ;
    Hanouna électrise le débat par Tugdual Denis ;
    Extrême droite, la contagion du cool par Raphaël Llorca ;
    Le maréchal Macron et les ombres de l'armée par Jean-Dominique Merchet ;
    Roussel et Mulliez vont à la cantine par Bérengère Bonte ;
    Codes secrets et levées de fonds par Nathalie Segaunes ;
    Valeurs actuelles entre trois eaux par Alexandre Duyck ;
    La Rotonde par Sylvie Bommel ;
    Zemmour et les encombrants barons du midi par Paul Conge ;
    Le président qui n'aimait pas les francs-maçons par Clément Fayol ;
    ... et bien d'autres récits.

    Leurs reportages, leurs enquêtes, les analyses qu'ils livrent ou les portraits qu'ils dressent sont autant d'outils pour prendre du recul et décrypter l'actualité.

  • Les nouvelles femmes de droite

    Magali Della Sudda

    • Hors d'atteinte
    • 17 Février 2022

    En 2012-2013, en opposition à la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, dite "Loi Taubira", les Manifs pour tous ont fait déferler dans les rues de France une droite dont peu soupçonnaient la détermination, le nombre et la radicalité. Dans le sillage de cette mobilisation s'opèrent des rapprochements qui reconfigurent profondément le champ de la droite de la droite, notamment autour de la question de l'égalité des sexes. Si même Marine Le Pen ne peut plus aborder la condition des femmes comme le faisait son père, cette question devenue centrale est le point de départ de multiples prises de position aussi réactionnaires que déstabilisantes. Loin de se cantonner à des groupuscules inoffensifs, ces mouvements exercent au contraire une influence réelle.

  • La conseillère : Marie-France Garaud, la femme la plus puissante de la Ve République Nouv.

    Ce livre jette pour la première fois la lumière sur Marie-France Garaud, cette femme de l'ombre qui s'est imposée dans les couloirs du pouvoir comme la plus puissante de l'histoire de la Ve République, murmurant à l'oreille d'un président - Georges Pompidou -, avant d'en façonner un autre, Jacques Chirac. Un homme qui finira par lui échapper dans une rupture violente.
    Elle a été la femme la plus puissante de la France contemporaine, mais personne n'a jamais raconté son histoire. Pendant près d'une décennie, Marie-France Garaud a régné depuis la coulisse sur la vie politique de notre pays. Conseillère de Georges Pompidou à l'Élysée, elle faisait et défaisait les carrières dans son bureau.

    Le gaullisme tourne alors la page du Général et une nouvelle génération cherche à se faire une place. Avec son alter ego, Pierre Juillet, Garaud jette son dévolu sur Jacques Chirac, un jeune ministre ambitieux au caractère incertain, avec l'idée d'en faire un président à son image. Autoritaire et conservatrice, charmante et libre, la conseillère exerce sur lui un véritable empire. Telle Agrippine, mère et régente de Néron, cette Poitevine jouit du pouvoir par procuration. Jusqu'à la chute, et à la rupture.

    Cette enquête documentée et vivante jette enfin la lumière sur une femme iconique, la première « spin doctor » à la française.

    En stock

    Ajouter au panier
  • L'insurrection qui vient

    Comité Invisible

    • Fabrique
    • 29 Mars 2007

    Chaque secteur spécialisé de la connaissance fait à sa manière le constat d'un désastre. Les psychologues attestent d'inquiétants phénomènes de dissolution de la personnalité, d'une généralisation de la dépression qui se double, par points, de passages à l'acte fou. Les sociologues nous disent la crise de tous les rapports sociaux, l'implosion-recomposition des familles et de tous les liens traditionnels, la diffusion d'une vague de cynisme de masse ; à tel point que l'on trouve dorénavant des sociologues pour mettre en doute l'existence même d'une quelconque "société". Il y a une branche de la science économique - l'"économie non-autistique" - qui s'attache à montrer la nullité de tous les axiomes de la prétendue "science économique". Et il est inutile de renvoyer aux données recueillies par l'écologie pour dresser le constat de la catastrophe naturelle. Appréhendé ainsi, par spécialité, le désastre se mue en autant de "problème" susceptibles d'une "solution" ou, à défaut, d'une "gestion". Et le monde peut continuer sa tranquille course au gouffre.
    Le Comité Invisible croit au contraire que tous les remous qui agitent la surface du présent émanent d'un craquement tectonique dans les couches les plus profondes de la civilisation. Ce n'est pas une société qui est en crise, c'est une figure du monde qui passe. Les accents de fascisme désespéré qui empuantissent l'époque, l'incendie national de novembre 2005, la rare détermination du mouvement contre le CPE, tout cela est témoin d'une extrême tension dans la situation. Tension dont la formule est la suivante : nous percevons intuitivement l'étendue de la catastrophe, mais nous manquons de tout moyen pour lui faire face. L'Insurrection qui vient tâche d'arracher à chaque spécialité le contenu de vérité qu'elle retient, en procédant par cercles. Il y a sept cercles, bien entendu, qui vont s'élargissant. Le soi, les rapports sociaux, le travail, l'économie, l'urbain, l'environnement, et la civilisation, enfin. Arracher de tels contenus de vérité, cela veut dire le plus souvent : renverser les évidences de l'époque. Au terme de ces sept cercles, il apparaît que, dans chacun de ces domaines, la police est la seule issue au sein de l'ordre existant. Et l'enjeu des prochaines présidentielles se ramène à la question de savoir qui aura le privilège d'exercer la terreur ; tant politique et police sont désormais synonymes.
    La seconde partie de L'Insurrection qui vient nous sort de trente ans où l'on n'aura cessé de rabâcher que "l'on ne peut pas savoir de quoi la révolution sera faite, on ne peut rien prévoir". De la même façon que Blanqui a pu livrer les plans de ce qu'est une barricade efficace avant la Commune, nous pouvons déterminer quelles voies sont praticables hors de l'enfer existant, et lesquelles ne le sont pas. Une certaine attention aux aspects techniques du cheminement insurrectionnel n'est donc pas absente de cette partie. Tout ce que l'on peut en dire ici, c'est qu'elle tourne autour de l'appropriation locale du pouvoir par le peuple, du blocage physique de l'économie et de l'anéantissement des forces de police.

    En stock

    Ajouter au panier
empty