À propos

Phillipe Le Guillou revient au Faou, village de sa naissance, lieu fondateur, celui de son adolescence nourrie de l'affection de ses parents et grands-parents, dans une Bretagne catholique et rurale que la modernité pompidolienne engloutit La madeleine de Philippe Le Guillou a un goûte de millefeuille. Celui qu'il goûtait au repas dominical chez ses grands-parents au Faou, le village qui l'a vu naître. Son lieu d'élection, celui de son imaginaire, entre forêt de Brocéliande et ville d'Ys.

Après Les marées du Faou, publié en 2003 chez Gallimard, dans Les grandes marées du Faou l'auteur revient sur le lieu fondateur ; sur l'enfance et l'adolescence formatrices nourries de l'affection de ses parents et grands-parents dans une Bretagne catholique et rurale que la modernité engloutit. Celle des années Pompidou, des étranges lucarnes, des routes à quatre voies et du remembrement agraire.

Henri Kerisit peintre né au Faou vingt ans avant Philippe Le Guillou a vu, lui, le port fréquenté par les petits caboteurs, qui parfois débarquqaient encore les pèlerins au pardon voisin de Rumengol, par les gabares sablières, dont il nous laisse les images.


Rayons : Littérature > Biographie / Témoignage littéraire > Autobiographie / Mémoires / Journal intime


  • Auteur(s)

    Philippe Le Guillou, Henry Kerisit

  • Éditeur

    Editions Dialogues

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    12/10/2023

  • Collection

    La Petite Carree

  • EAN

    9782369450924

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    116 Pages

  • Longueur

    16.6 cm

  • Largeur

    16.4 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    190 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Illustré   Broché  

empty