Les derniers feux du soleil

Traduit de l'ANGLAIS (CANADA) par MIKAEL CABON

À propos

Une épopée dans le sud d'une Angleterre fantasmée inspirée par les sagas nordiques, les chroniques anglo-saxonnes et les contes gallois.

Dans les contrées septentrionales du monde, au climat rude, au sol peu fertile, les Erlings du Vinmark luttent au quotidien pour leur survie. Aussi, depuis des générations, s'embarquent-ils sur leurs bateaux-dragons et bravent-ils la mer pour lancer des raids sanglants sur les terres des Anglcyns et de leurs ennemis de toujours, les Cyngaëls.
Mais le changement arrive peu à peu dans les terres du Nord. Thorkell le Rouge, Alun ab Owyn et le roi Ældred en sont à la fois témoins, acteurs et victimes, alors que la mort prélève son dû, que les alliances se font et se défont, que les vieilles traditions et croyances disparaissent face à l'arrivée de la foi jaddite, la religion au dieu unique qui fait vaciller le royaume féerique.
Des chefs de ces trois nations humaines que tout oppose, seul Ældred a la conscience aiguë qu'aucune ne peut survivre sans les deux autres, tant leurs destins sont inextricablement liés.


Rayons : Fantasy & Science-fiction > Science-fiction


  • Auteur(s)

    Guy gavriel Kay

  • Traducteur

    MIKAEL CABON

  • Éditeur

    L'atalante

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    20/08/2021

  • Collection

    La Dentelle Du Cygne

  • EAN

    9791036000836

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    624 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    14.5 cm

  • Épaisseur

    4.3 cm

  • Poids

    670 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Guy Gavriel Kay

  • Naissance : 1-1-1954
  • Age : 70 ans
  • Pays : Canada
  • Langue : Anglais

Kay est à la fantasy historique ce que Pratchett est à la fantasy burlesque. Quand Pratchett écrit le premier volume de ce
qui deviendra Le Disque-monde, son projet est de prendre le contre-pied de la « mauvaise » fantasy publiée au début des an-
nées 80 à coups de seigneurs noirs et autre décorum du genre (cf. Lapsus clavis, Un scribouillard importun, p. 69) ; de même,
G. G. Kay met sa plume et sa soif de culture au service d'une forme qu'il veut sortir de l'« ornière ». Le Disque-monde se
nourrit de culture populaire (folklore, sciences et techniques qui changent le quotidien) et dresse au fur et à mesure une vie
de la Cité ; dans les livres de Kay, la « grande » Histoire est convoquée, les arts sont à leur sommet, les individus se dépassent,
les émotions et les sacrifices sont grandioses.

empty